Dad T. 6. Père à tout faire

C’est un gentil, Dad. Un peu mou du bide, mais bon comme du bon pain. Comédien à temps très partiel, figuration ici, pub là, il court le cacheton. Et surtout, surtout, il fait du mieux qu’il peut pour tenir maison, et d’abord s’occuper de ses… quatre filles. Nées d’autant de liaisons trop libres, elles sont très différentes, de l’affectueuse Bébérénice à la très sombre ado Pandora. Ce sixième tome est celui du trop-plein. Crac ! Boum ! Hue ! Dad se casse le dos, appelle sa mère à l’aide, mais elle est en voyage et c’est le papa de Dad qui rapplique. Pas méchant, le papy n’en est pas moins un brin centré sur sa personne, pas utile à grand-chose d’autre qu’à saper l’autorité parentale. Une charge de plus pour notre Dad amoché, quoi. Admirable série que celle-là, où les gags font rigoler autant que les constats font réfléchir. Pas pédagogique pour un sou, c’est fou ce qu’on y apprend. Pensez Un gars, une fille, version monoparentale extrême. À lire et à faire lire.

 

Père à tout faire

★★★★

Nob, Dupuis, Charleroi, 2019, 48 pages

 

À voir en vidéo