«Innocent!»: se méfier des apparences

Thomas est vraiment au cœur de l’histoire et que son sens de l’observation aidera à faire la lumière sur tout cela.
Photo: Hurtubise Thomas est vraiment au cœur de l’histoire et que son sens de l’observation aidera à faire la lumière sur tout cela.

Il peut sembler un peu prématuré de proposer une enquête policière à des préadolescents. Puis, on se dit que les émotions fortes et l’intensité font certes partie de la vie des enfants grands et petits et que si « la chose » est bien ficelée…

Rassurez-vous tout de suite, elle l’est ! Laurent Chabin est un vieux routier ayant déjà écrit plus d’une vingtaine d’histoires pour ados et pré-ados en plus de son abondante contribution d’auteur de polars pour adultes. Un pro. Un orfèvre du genre.

 

Son histoire met en scène Thomas, 11 ans, témoin d’une scène traumatisante au beau milieu de ses vacances d’été : il découvre le cadavre d’une femme assassinée près de la rivière. Sous le choc, il entend aussi une sorte de plainte qui s’élève dans l’air du matin alors qu’il voit Bébé, l’idiot du village, quitter en courant les lieux du crime. Qu’il le veuille ou non, Thomas devient le témoin-clé de l’affaire.

Un alibi béton

Les policiers mettent rapidement la main sur Bébé et retrouvent sur lui le foulard de la victime, Norah : tout semble l’accabler. Mais les apparences sont souvent trompeuses et, au moment où les ragots se mettent à voler dans toutes les directions, on relâche bientôt Bébé, qui a un alibi béton.

Et l’assassin court toujours… On ne vous en dira pas plus, sinon que Thomas est vraiment au cœur de l’histoire et que son sens de l’observation aidera à faire la lumière sur tout cela.

L’histoire est menée rondement, habilement, avec Thomas la plupart du temps dans la position du narrateur, ce qui permet au jeune lecteur de vivre l’aventure intensément, de l’intérieur. Les personnages sont crédibles, l’écriture vive, sans compromis… et votre ado aura eu l’occasion de vibrer sérieusement, bien assis dans son fauteuil. Cool.

 

Extrait d’«Innocent !»

Pourtant, c’est sans doute bien quelqu’un d’ici qui a tué Norah Fraser. Mais les gens de la campagne sont si renfermés sur leur petit monde qu’ils veulent toujours rendre les autres responsables de leurs malheurs.

Une femme vient de dire qu’elle n’osait plus laisser son mari aller à la pêche. Pour quelle raison ? Parce qu’il risquait de rencontrer une dame vêtue « comme si elle se trouvait dans sa salle de bain » ? Parce qu’il risquerait de perdre la tête ? Parce qu’il risquerait de la violer et de la tuer ensuite ?

Peut-être est-ce justement un de ces bons et paisibles pêcheurs l’assassin de Norah Fraser ? Un de ceux qui se trouvent dans cette salle, qui sait…

La culpabilité de ce pauvre Bébé faisait bien leur affaire. J’en viens même à me demander s’ils ne le connaissent pas, eux, le vrai coupable, et qu’ils ne le protègent pas. Parce que dans le fond, ils l’approuvent…

Innocent !

★★★ 1/2

Laurent Chabin, Éditions Hurtubise – Atout, Montréal, 2019, 148 pages (10 ans et plus)