«Leslie & Coco»: essentielle sororité

Marie Demers signe ici son meilleur roman et, surtout, son plus lumineux.
Julie Artacho Marie Demers signe ici son meilleur roman et, surtout, son plus lumineux.

Il y a souvent, chez un personnage de fiction attachant, ce mélange difficile à décrire de singularité et de familiarité lui conférant crédibilité, chaleur et vérité. Leslie et Coco (pour Colette), les deux amies indéfectibles qui prêtent leurs prénoms au troisième roman pour adultes de Marie Demers — aussi une prolifique autrice pour la jeunesse —, répondent parfaitement à cet équilibre.

Si les échanges épistolaires à l’ancienne du duo et le dédain de Coco pour les nouvelles technologies tranchent avec l’image de l’ado rivée à son téléphone intelligent qui hante l’imaginaire médiatico-culturel, les questionnements existentiels et identitaires qui taraudent les deux jeunes femmes sont, eux, tout à fait universels. Dit simplement : Leslie et Coco, c’est comme si on les connaissait depuis longtemps, et pourtant, on n’en connaît pas d’autres, des comme elles.

 

Après deux romans (In Between en 2016 et Les désordres amoureux en 2017) portés par des narratrices vingtenaires luttant pour ne pas être emportées par le cynisme ou le désenchantement sentimental, Marie Demers remonte le temps afin de tenir la chronique de ce passage, à la fois anxiogène et grisant, de l’adolescence à l’autonomie grandissante de la vie adulte.

Pendant que Coco termine ses études secondaires à L’Anse-au-Griffon en Gaspésie, Leslie amorce le cégep à Montréal. La première fume des cigarettes et vient tout juste de laisser son chum qu’elle ne désirait plus, tandis que la deuxième n’a jamais même frenché et peine à délaisser ses travaux scolaires, quand elle ne se trouve pas à la piscine, où elle s’entraîne avec ferveur.

Identité sexuelle, troubles alimentaires, , consentement ; de nombreux thèmes graves irriguent Leslie & Coco, qui demeure néanmoins en son cœur un roman sur l’amitié comme raison de croire en demain, son importance se révélant de plus en plus capitale à mesure que les épreuves se multiplient. Dans les mots de Leslie : « T’es ma sœur, ok ? On s’en fout du sang. T’es ma sœur pour vrai. »

En plaçant entre les mains de ses narratrices des œuvres d’écrivains et d’écrivaines aussi différents que Patrice Desbiens, Rupi Kaur, Bret Easton Ellis et Annie Ernaux, Marie Demers célèbre en filigrane l’irremplaçable outil de découverte de soi qu’est la littérature.

Son livre, à la fois animé par un désir d’accessibilité et un refus de simplifier des sentiments et des sujets complexes, pourrait d’ailleurs jouer ce rôle pour plusieurs lectrices (et lecteurs) ayant le même âge que ses protagonistes. Bien que la maison d’édition Hurtubise le présente comme un roman pour adultes, Leslie & Coco appartiendrait sans doute, chez les Anglos, à la catégorie young adult.

Ce qui ne signifie pas pour autant que ce livre s’adresse strictement à cette tranche d’âge, au contraire. Marie Demers signe ici son meilleur roman et, surtout, son plus lumineux, dans la mesure où la relation amicale y devient synonyme d’espoir. Leslie et Coco se connaissent mieux que quiconque, mais ne se doivent que ce qu’elles souhaitent bien se devoir : voilà toute la beauté et la force d’une amitié qui résiste.

Leslie & Coco

★★★ 1/2

Marie Demers, Hurtubise, Montréal, 2019, 248 pages