Le méchant, la belle et l’autre méchant

Après un bref retour sur la première aventure permettant de renouer avec le méchant Crâââ, une nouvelle histoire s’amorce alors que le vilain « fonce dans le trou de la page et se lance au galop dans le désert de l’autre histoire ». Il bondit jusqu’à Saleville, où règne Pat Sourire, l’autre méchant, avec qui l’horrible fumeur de cigare nauséabond jouera du coude pour gagner le cœur de la belle Lolita. À l’instar du premier titre paru dans cette série écrite par Marthe Pelletier, Le méchant, la belle et l’autre méchant est une plongée au cœur d’un univers fait de tous les clichés du genre. Les bagarres, les saloons, les chevaux doués de parole, les personnages grossiers et l’humour s’unissent dans une ronde mouvementée. L’abondance de détails dans le trait de Richard Écrapou appuie cette traversée, qui reste toutefois quelque peu essoufflante. Car si le graphisme épouse adroitement la vivacité de l’histoire, la combinaison des deux peut créer une surdose de Far West.

 

Le méchant, la belle et l’autre méchant

★★★ 1/2

Marthe Pelletier et Richard Écrapou, Monsieur ED, Montréal, 2019, 128 pages