«La boussole magique»: s’évader avec Paul McCartney

Paul McCartney en 2013
Photo: Justin Tallis Agence France-Presse Paul McCartney en 2013

La fin de semaine chez Papy s’annonce tranquille. Avec toute cette pluie, Bob, Tom, Lucy et Em ont des airs de fin du monde. Heureusement que leur grand-père, l’œil vif et pétillant, a plus d’un tour dans son sac.

Magicien à ses heures, il plonge sa main dans sa veste et en sort une boussole qui a le pouvoir de propulser le petit groupe dans le décor de son choix. Il suffit de scander la formule : « Regardez l’aiguille de la boussole qui tournicote, et laissez agir la magie rigolote ! »

Depuis la plage aux mille possibles jusqu’à la montagne enneigée en passant par le sol poussiéreux du Far West, Papy offre à ses petits un tour du monde palpitant.

C’est le Paul McCartney grand-père de huit petits-enfants, et non la rockstar, qui prend la plume ici pour raconter La boussole magique, album jeunesse qu’il souhaitait offrir aux grands-parents du monde entier afin, peut-on lire sur le communiqué de presse, « qu’ils aient une histoire du soir pour leurs petits-enfants ». Mission noble sans doute, mais quelque peu déphasée compte tenu de la quantité d’œuvres classiques et contemporaines que l’on trouve dans les librairies.

Cela dit, et malgré cette présomption, l’auteur garde un rythme soutenu, constamment relancé par un événement pseudo-dramatique invitant les personnages à changer de scène. L’histoire est par ailleurs propice à établir quelques interactions avec les enfants, notamment lorsque la formule magique doit être prononcée. Le tout reste toutefois sans grande surprise, coincé dans une forme prévisible. Le graphisme épouse d’ailleurs cette rigidité conventionnelle.

À la fois pétillantes et convenues, les illustrations rondouillettes et colorées de Kathryn Durst nous propulsent dans des décors typés qui célèbrent la joie de vivre et les bons sentiments.

Que l’on pense à la montagne, dans laquelle les vaches et leurs grelots broutent entourés de papillons, aux cow-boys avec leur lasso cavalant entre les cactus ou encore à la représentation stéréotypée des enfants, il s’agit d’une suite de détails identifiables, certes, mais qui laissent bien peu de place à l’imagination. Si l’artiste a su révolutionner la musique, rien n’est moins sûr pour la littérature jeunesse.

Extrait de «La boussole magique»

Oh non ! Tout à coup, plein de petits crabes apparaissent et se précipitent sur Papy et les enfants !

– Hé, Papy, dit Em, et si nous trouvions un endroit un peu moins…

– Pinçant ? Tu as raison, allons-y ! répond Papy.

Et aussitôt, il agite la boussole magique au-dessus d’une autre carte postale sur laquelle on voit un cow-boy. Regardez l’aiguille de la boussole qui tournicote, et laissez agir la magie rigolote ! La magie pétille et scintille. Et une fois de plus… Paf, boum, pschitt… les voilà dans un nouveau décor ! Papy et les enfants se retrouvent maintenant au milieu d’une vallée couverte de cactus .

La boussole magique

★★ 1/2

Paul McCartney et Kathryn Durst, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2019, 32 pages.