«Cannabis»: cachez cette herbe que nous ne saurions fumer

La nouvelle bédé de Box Brown est principalement consacrée à la consommation du cannabis en sol américain.
Photo: Box Brown La nouvelle bédé de Box Brown est principalement consacrée à la consommation du cannabis en sol américain.

Si la question de la légalité du cannabis est réglée ici, au Canada, elle ne l’est pas partout aux États-Unis. Le pot est permis dans seulement une dizaine d’États et il demeure interdit, ou permis pour usage médical seulement, sur la majorité du territoire américain. Et, en ce qui concerne le gouvernement fédéral, rien n’a changé : sa consommation et sa possession demeurent totalement prohibées.

Bref, ce n’est pas simple, et c’est dans ce contexte que le bédéiste américain Box Brown nous propose Cannabis. La criminalisation de la marijuana aux États-Unis, une bédé documentaire résolument bien fouillée et imagée dans laquelle l’auteur nous raconte l’histoire de notre rapport légal et social à cette plante. Plante qui est fumée ou mangée depuis probablement aussi longtemps que l’homme a découvert qu’il était possible de le faire.

 

Brown n’en est pas à ses premiers pas dans le genre et cela paraît ici, lui qui nous avait offert, entre autres, une très intéressante biographie du géant Ferré (André le géant: la vie du Géant Ferré, La Pastèque, 2015). Mentionnons aussi son très ludique ouvrage sur le jeu vidéo Tetris (La Pastèque, 2017) ainsi que le fait qu’il a lancé sa propre maison d’édition indépendante, Retrofit Comics, il y a de cela neuf ans.

Alors, si Cannabis remonte aussi loin dans le temps qu’à la création de la mythologie hindoue, en passant par l’arrivée du chanvre au Mexique avec les conquistadors espagnols en 1518, cette bédé est principalement consacrée à la consommation du cannabis en sol américain et, surtout, à son instrumentalisation dans une immense campagne de désinformation nationale orchestrée par Harry J. Anslinger.

Premier commissaire du bureau fédéral du département du Trésor aux narcotiques entre 1930 et 1962, ce bureaucrate a bien su utiliser les commérages et les journaux jaunes de l’époque afin de nourrir une peur irrationnelle chez les Américains, convaincus que la marijuana (l’utilisation de ce mot issu de la culture de rue mexicaine n’est pas innocente) causait violence et criminalité, principalement chez les immigrants mexicains et afro-américains, en plus de mener à la consommation de drogues dures.

Évidemment, résumée ainsi, cette bédé semble réunir tous les éléments pour soit tomber dans le pamphlet, soit être emportée par une forme de didactisme qui peut rapidement devenir indigeste. Or, on retrouve dans cette bédé deux des éléments qui ont fait le succès de Brown : son dessin précis, schématique et amusant, pas très loin du comic strip destiné aux journaux, et sa capacité de synthétiser un sujet complexe et de bien nous le raconter en mots et en images. Et de rendre ça intéressant.

Bref, une bédé bien fouillée, qui aborde avec intelligence et sensibilité un sujet qui reste, encore et toujours, en proie à des réactions émotives causées par une campagne de désinformation nationale qui dure depuis près d’une centaine d’années. Éclairant !

 

La criminalisation de la marijuana aux États-Unis

★★★ 1/2

Box Brown, La Pastèque, Montréal, 2019, 256 pages