À petites doses de savoir

Illustration tirée du livre «Jane Goodall»
Photo: Beatrice Cerochi Illustration tirée du livre «Jane Goodall»

Brouillant les frontières du genre, flirtant du côté du livre d’art, du conte ou encore de la poésie, le documentaire jeunesse se fait de plus en plus varié, coloré et graphiquement très beau, s’éloignant ainsi de l’objet austère et essentiellement pédagogique. Depuis le monde coloré des oiseaux du jardin, à celui des arbres, poumons de la Terre, la nature et le rapport que nous avons avec celle-ci se dévoilent sous quelques plumes attentives et poétiques.

Visite au jardin

Paolo est un toui, un tout petit perroquet bleu qui tient compagnie à Camille. Derrière les barreaux de sa cage, il observe le va-et-vient des oiseaux du jardin. Mais un jour, une porte mal fermée, une fenêtre ouverte et la visite impromptue d’un volatile éveillent en lui des idées nouvelles. Il n’en faut pas plus pour que l’appel du dehors le tire hors de sa prison dorée. Son envolée au-dessus de la cour est prétexte ici à découvrir mésange bicolore, cardinal rouge, paruline, junco et autres roselins pourpres. C’est au total quelque 17 oiseaux qui croisent la route de cet évadé temporaire.

Photo: Lucie Crovatto Illustration tirée du livre «L’escapade de Paolo»

Fiction imaginée par Lucie Papineau, L’escapade de Paolo nous invite à découvrir les ailés colorés qui peuplent nos jardins, nos cours, nos ruelles. Si l’histoire bien ficelée permet la mise en scène de cette ménagerie, la force de cet ouvrage réside dans les illustrations à la fois réalistes, précises et enrobées d’une aura romantique de Lucie Crovatto. Le trait aérien de l’artiste, la variation des plans sont une invitation à suivre le parcours du toui et à savourer un instant, tout comme lui, ce moment de liberté. En prime, la jaquette du livre se déplie pour devenir une immense affiche sur laquelle se retrouvent tous les oiseaux rencontrés dans l’histoire. Voilà ce qu’on appelle joindre l’utile à l’agréable.

D’arbres et de légendes

« Les arbres règnent sur notre planète depuis la nuit des temps. Les racines plongées dans le sol et la ramure bercée par les vents, les arbres, véritables poumons du monde, ont inspiré aux différents peuples de la Terre leurs plus beaux mythes. » Avec Sous la canopée : arbres et légendes du monde entier, Iris Volant et Cynthia Alonso proposent une sélection de 22 arbres, chacun accompagné d’une courte description reliée à une légende, à une tradition, à une histoire créée par l’homme.

Photo: Cynthia Alonso Illustration tirée du livre «Sous la canopée. Arbres et légendes du monde entier»

Ainsi, le cerisier, « petit arbre fruitier à feuilles caduques dont le fruit marque le début de l’été », est indissociable du hanami, tradition japonaise qui consiste à pique-niquer sous ses fleurs. Le baobab, ou l’arbre renversé, nous est raconté à travers une légende malgache, tandis que l’aubépine était, selon les Celtes, un refuge pour les fées qui s’y réunissaient. L’abattre était impensable, car il attirait la malchance.

Si la présentation de chaque espèce reste brève et plutôt générale, le choix des histoires nous transporte hors des ornières et ouvre sur de nouveaux horizons. Les illustrations texturées et colorées de l’Argentine Cynthia Alonso reflètent l’essence des contes tout en invitant l’oeil à découvrir mille et un détails qui se font narration.

Protectrice de la nature

Parue dans la collection « De petite à grande » aux éditions La courte échelle — laquelle permet de découvrir le parcours de femmes qui ont su sortir des sentiers battus — Jane Goodall nous plonge dans l’univers de cette scientifique passionnée des chimpanzés. Depuis sa tendre enfance — alors que son père lui donne un petit singe en peluche — jusqu’à l’âge de la renommée internationale qui fait d’elle la spécialiste mondiale de ces primates, son dessein est porté avant tout par l’amour et le respect qu’elle voue à la nature et à ses habitants.

Racontée par María Isabel Sánchez Vegara et traduit par Françoise Major, la biographie retrace ainsi avec simplicité, clarté et rythme les grands moments de la vie de cette femme. Le trait naïf, tendre et apaisant de l’illustratrice Beatrice Cerocchi épouse quant à lui le tempérament de cette personnalité enveloppante. Ce titre s’ajoute aux pertinents Marie Curie, Amelia Earhart, Rosa Parks et Ada Lovelace déjà publiés.

Extrait de «L’escapade de Paolo»

Paolo hésite. Il a peur, un peu. Mais il ne peut résister à l’envie de suivre le petit oiseau. Il prend son élan et… comme c’est merveilleux ! Paolo sent le soleil caresser sa tête, le vent souffler sur ses plumes. Il vole ! Il vole ! Il vole ! Plus haut que la cime des arbres ! Plus haut que le toit des maisons ! Paolo est une fusée, Paolo est une comète, ira-t-il jusqu’aux nuages ? Étourdi d’avoir volé si haut, le petit toui se pose sur une des branches du grand pin. Mais où est l’oiseau bleu qui l’a suivi ? Ah ! Le voilà par terre, en train de picorer. Paolo le rejoint d’un coup d’aile. Comme c’est amusant de sentir les brins d’herbe sous ses pattes ! Il y a même un drôle de moineau au ventre orangé qui mange un ver de terre !

Extrait de «Sous la canopée»

Il se dresse majestueusement avec ses frères sur les hautes montagnes du Liban. Ces grands arbres à feuilles persistantes et dont la taille peut atteindre 35 mètres font partie de la famille des conifères. Ils portent leurs graines dans des cônes et leurs feuilles sont si fines qu’on les appelle des aiguilles. Le cèdre est le symbole du Liban. De nombreux rois et pharaons l’utilisaient comme bois de construction. L’Ancien Testament nous apprend que Salomon, le roi d’Israël, admirait tellement cet arbre qu’il se fit bâtir un palais de cèdre. Il fallut 7 ans pour achever la construction du fameux temple de Salomon, qui fut le premier temple juif de Jérusalem.

Extrait de «Jane Goodall»

À son arrivée, Jane rencontra un scientifique nommé Louis Leakey. Il cherchait une personne prête à étudier les chimpanzés dans la nature. Il croyait qu’en observant les singes, on pourrait en apprendre davantage sur les humains. C’était l’occasion que Jane attendait ! Elle repartit, cette fois vers la région du Gombe, en Tanzanie. Au début, elle n’arrivait pas à voir de chimpanzés, mais elle avait l’impression qu’ils étaient là, tout près, en train de la regarder… Elle décida de s’installer en silence, jour après jour, au même endroit. Enfin, un petit groupe de chimpanzés apparut. Ils la laissèrent approcher et s’asseoir parmi eux. Jane avait été acceptée dans la famille !

L’escapade de Paolo

Lucie Papineau et Lucie Crovatto, La Bagnole, Montréal, 2019, 34 pages

★★★★


Sous la canopée. Arbres et légendes du monde entier

Iris Volant et Cynthia Alonso, Gallimard, Paris, 2019, 54 pages

★★★ 1/2


Jane Goodall

María Isabel Sánchez Vegara et Beatrice Cerocchi, La courte échelle, Montréal, 2019, 34 pages

★★★ 1/2