Y a-t-il un reboom de la poésie québécoise?

De janvier à mai 2019, les ventes de poésie ont monté de 14,5% comparativement à 2018, déjà une excellente année pour le genre avec une progression de 49,6% par rapport à 2017.
Photo: Tiffet De janvier à mai 2019, les ventes de poésie ont monté de 14,5% comparativement à 2018, déjà une excellente année pour le genre avec une progression de 49,6% par rapport à 2017.

« Il y a deux ou trois ans, on a vu de plus en plus de demandes pour la poésie québécoise à la librairie, se remémore Marie-Hélène Vaugeois. Alors, on a mis notre section plus en évidence — elle était un peu beaucoup cachée, faut dire… On a vu rapidement des résultats. Depuis, on travaille la section avec beaucoup d’attention. »

Ces propos, Le Devoir les a entendus autant à la librairie Vaugeois que chez Pantoute, la librairie du Square, Le Port de tête, leslibraires.ca et Renaud-Bray–Archambault. En librairie, un intérêt accru pour la poésie se remarque manifestement, et particulièrement pour la poésie écrite ici. Statistiquement, le genre connaît des hausses de ventes aux caisses remarquables. Reboom de la poésie québécoise ? Certes. Mais il y a encore loin de la coupe (d’or) aux lèvres (des poètes et éditeurs).

 

« Il s’est passé en 2018 un phénomène : d’un côté, l’arrivée de nouvelles voix, qui montaient depuis quelques années, et de l’autre, la sortie de titres importants de poètes reconnus », résume Émilie L. Laguerre, directrice du marketing et des communications chez Renaud-Bray–Archambault. « L’addition de ces deux courants a fait une année spéciale. »

Il s’est passé en 2018 un phénomène: d’un côté, l’arrivée de nouvelles voix, et de l’autre, la sortie de titres importants de poètes reconnus

Pour illustrer : au top 10 francophone Renaud-Bray–Archambault, Filles (l’Écrou), de Marie Darsigny, se glisse en 8e place, entre Gaston Miron et Joséphine Bacon. Ainsi, la tendance remarquée en 2018 se poursuit cette année, selon les statistiques Gaspard de la Société de gestion de la banque de titres en langue française.

De janvier à mai 2019, les ventes de poésie ont monté de 14,5 % comparativement à 2018, déjà une excellente année pour le genre avec une progression de 49,6 % par rapport à 2017. Ailleurs, sur la plateforme commerciale les libraires.ca, la croissance des commandes de titres en poésie était de 77 % en 2017 et de 80 % en 2018, et dans les deux cas supérieure à la croissance globale du site.

Un amour sans fatigue de la poésie

« J’ai jamais vu ça, » murmure, étonné, Shawn Cotton, libraire au Port de tête. « De très jeunes lecteurs, de 18 à 25 ans, entrent et vont directement et seulement au rayon poésie. La fatigue des fruits (Oie de Cravan), de Jean-Christophe Réhel, a été le titre le plus vendu, tous livres confondus, l’an dernier. »

Lui-même poète qui a commencé à publier en 2010 avec Jonquière LSD (l’Écrou) alors que la poésie était perçue comme nichée, voire verrouillée sinon rébarbative, Cotton constate aujourd’hui que le genre peut servir d’entrée en matière en littérature.

Éric Simard, copropriétaire de la librairie du Square à Montréal, le croit aussi. « Je me suis mis à lire de la poésie il y a juste quatre ans ; je ne savais pas avant comment rentrer là-dedans. Je fais partie du mouvement en cours, mais pour d’autres raisons : comme libraire, je n’étais pas capable de conseiller de la poésie et je me sentais poche en maudit. » Comme le Square était une des librairies préférées de Gaston Miron et que son ombre plane sur le lieu, l’enseigne est bonne pour y mousser les vers. « J’adore ça. Mes goûts ont changé en quatre ans. Je suis passé d’abord par les textes plus démocratiques — l’Écrou travaille vraiment bien pour ça. Là, je me mets à chercher des propositions plus construites. » Et M. Simard a entre-temps triplé, presque quadruplé, sa section poésie en librairie.

Tous les intervenants questionnés par Le Devoir mentionnent la grande créativité du milieu poétique et la hausse de sa production. Pourtant, les statistiques de l’édition au Québec en 2016, dernières en date produites par BAnQ à partir du dépôt légal, montrent une situation stable, sinon légèrement en baisse. En 2007, 374 livres de poésie ont été édités ; en 2010, ils furent 356 ; en 2016, 319.

Est-ce parce que l’édition de roman, elle, a explosé — 643 titres en 2007 et 1355 en 2016 — et que ses formes ont varié qu’on croit que la poésie a fait de même ? Ou parce que le nombre de maisons d’édition de poésie s’est démultiplié ? Se sont ajoutées aux historiques Herbes rouges, Noroît, Forges, Hexagone les plus jeunes mais maintenant installées Peuplade, Quartanier, Mémoire d’encrier, Poètes de brousse, Del Busso, Triptyque, Oie de Cravan, Passage ; et les récentes ou revenantes Lézard amoureux, La Tournure, Ta Mère, Fond’tonne ; et on en oublie…

Éditeur à l’Écrou, maison qui a le vent dans les voiles, Carl Bessette tempère ce boom, et même dans la dernière année, il a augmenté ses tirages initiaux de 625 à 1000 exemplaires pour répondre à une grandissante demande. « Toute la poésie québécoise vit sur respirateur artificiel, soit par les subventions ou le bénévolat. La poésie ici est un flop. Oui, on voit une remontée : comme si j’étais naufragé tout seul en mer sur un radeau et que je croisais un autre radeau. C’est d’un bateau de croisière que j’ai besoin ! »

Vrai qu’on peut lire le bilan Gaspard d’une manière moins optimiste qu’à partir du taux de croissance. En 2018, la poésie représentait 3 % des ventes du secteur littérature, avec 58 015 exemplaires vendus, pour un total de 923 828 $ en ventes. Si on compare ? Pour la même année, 914 424 romans ont trouvé preneur, pour atteindre des ventes de 17 305 960 $. « À l’Écrou, on va avoir 11 ans, on n’a jamais fait une cenne, poursuit M. Bessette. Et on est parmi ceux qui vendent le plus de poésie au Québec. »

Pas sonnants, pas trébuchants

« L’an dernier, mes deux succès de vente ont été Gilles Vigneault et Pierre Morency, qui sont des poètes établis », analyse la libraire Marie-Hélène Vaugeois. « Il y a deux catégories : eux, et une Hélène Dorion, que je classe dans mes “auteurs classiques” et qui drainent un public plus traditionnel. Et une autre clientèle très diversifiée, des lecteurs curieux qui cherchent un peu de tout. Pour eux, même si les Marie-Andrée Gill, Natasha Kanapé Fontaine et Joséphine Bacon se démarquent, il ne se forge pas de best-sellers du même acabit. Je compare la section poésie à ma section jeunesse : c’est une des sections qui vend le plus, mais j’ai rarement un titre qui ressort en ventes. » Il faut encore que les poètes fassent des revenus décents de leurs écrits.

Karim Larose, spécialiste et professeur de poésie québécoise à l’Université de Montréal, se rappelle « un billet Facebook récent de Roger Des Roches sur le fait qu’il avait vendu cinq exemplaires de son dernier livre dans l’année ». Son collègue en poésie André Roy avait répondu vivre une situation similaire. « De quoi relativiser certains chiffres. Ce qui m’intéresse dans ce débat, c’est surtout le fait que — ventes ou pas — la poésie entre difficilement dans la “mémoire” littéraire. Ce que les lecteurs moyens “savent” de la poésie québécoise reste somme toute trop limité. Quelques noms, quelques événements. On se rend rarement à Paul-Marie Lapointe, encore moins à Annie Lafleur. »

Celui qui est aussi chercheur au Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises perçoit surtout « une tendance alignée avec le développement intensifié des réseaux sociaux et le sentiment d’une fraternité renouvelée. Ce réseau fraternel de poètes signale les recueils parus et à paraître, les coups de coeur ; met en valeur des vers, ici et là ; fait exister la poésie autrement. Mais (c’est mon bémol), ce réseau ne propose pas, sur la Toile du moins, des lectures de ces mêmes recueils. Donc pas de construction mémorielle autour de recueils qui paraissent parfois à un rythme rapide, et qui finalement peuvent aussi bien être oubliés trois ans plus tard ».

Le Québec en serait-il à créer une « poésie de consommation » ?

Palmarès des ventes de poésie québécoise 2018

Selon le palmarès Gaspard de la Société de gestion de la banque de titres en langue française (BTLF)

1. Le chemin montant, Gilles Vigneault (Boréal)

2. Lait et miel, Rupi Kaur, traduction de Lori St-Martin et Paul Gagné (Guy St-Jean)

3. L’homme rapaillé, Gaston Miron (Typo)

4. Paroles, Jacques Prévert (Gallimard)

5. Bleuets et abricots, Natasha Kanapé Fontaine (Mémoire d’encrier)

6. Uiesh, Quelque part, Joséphine Bacon (Mémoire d’encrier)

7. Namissuat Île-tonnerre, Natasha Kanapé Fontaine (Mémoire d’encrier)

8. Les fleurs du mal, édition de 1861, Charles Baudelaire (Gallimard)

9. Bagages mon histoire: poèmes de jeunes immigrants, collectif (La Bagnole)

10. La fatigue des fruits, Jean-Christophe Réhel (Oie de Cravan)

11. The Flame, Leonard Cohen (Seuil)

12. Grand fanal, Pierre Morency (Boréal)

13. Regards et jeux dans l’espace, Saint-Denys Garneau (BQ)

14. Les cent plus beaux poèmes québécois, collectif (Fides)

15. Comme résonne la vie, Hélène Dorion (Doucey)