«Au royaume des aveugles»: deux enquêtes pour le prix d’une

Louise Penny fait maintenant partie du groupe sélect des grandes pointures du polar grâce aux enquêtes d’Armand Gamache, traduites en une vingtaine de langues.
Photo: Jean-François Bérubé Louise Penny fait maintenant partie du groupe sélect des grandes pointures du polar grâce aux enquêtes d’Armand Gamache, traduites en une vingtaine de langues.

Louise Penny, ancienne journaliste de la CBC établie dans les Cantons-de-l’Est, fait maintenant partie du groupe sélect des grandes pointures du polar. Publiées chez des éditeurs prestigieux aux États-Unis et en France comme ici, les enquêtes d’Armand Gamache sont désormais traduites en une vingtaine de langues — 26 selon le site officiel de l’auteure et 29 si l’on se fie à la quatrième de couverture de son plus récent roman — et elles ont déjà rejoint plus de sept millions et demi de lecteurs. C’est un succès colossal. Bravo !

Cette nouvelle histoire, se déroulant à la fois dans le monde de la haute finance et dans l’antichambre de la mort des drogués au fentanyl, devrait encore une fois séduire les habitués du genre.

Sans en avoir l’air

On retrouve ici un Gamache un peu déboussolé alors qu’il est nommé (avec sa voisine Myrna et un parfait inconnu du nom de Benedict) exécuteur testamentaire de la baronne Baumgartner, une sympathique femme de ménage aux idées de grandeur. Un peu à côté de ses pompes, probablement parce qu’il fait toujours l’objet d’une enquête et qu’il est suspendu de son poste de directeur général de la SQ, Gamache donne l’impression de s’être laissé piéger quelque part. Mais ce n’est bien sûr qu’une impression, puisque le policier nous réserve encore une fois une surprise de son cru…

 

Avant que la « surprise » ne prenne forme, le lecteur aura l’occasion de faire connaissance avec les trois héritiers de la baronne — les deux frères sont courtiers et la soeur courtière immobilière —, et lorsque l’aîné sera assassiné, il aura aussi droit à toutes les hypothèses formulées par le petit groupe des fidèles de Three Pines entourant Gamache. Le mystère s’épaissira davantage quand l’enquête révélera une gigantesque fraude de plusieurs centaines de millions de dollars.

En parallèle, et surtout sans en avoir l’air, Gamache coordonne une vaste opération visant à mettre la main sur les doses de fentanyl lui ayant échappé lors de sa dernière enquête et qui s’apprêtent à déferler sur Montréal. Menée en plein hiver sibérien, l’opération sera difficile, risquée, et mettra en jeu tout autant la vie que la carrière de Gamache et de son « agent secret »… mais ce ne sera une surprise pour personne si on vous dit qu’il parviendra malgré tout à faire la lumière sur les deux affaires.

Tout cela nous est raconté dans le style Louise Penny avec forces considérations sur la vie en général, et en particulier, y compris moult et diverses interventions de tous les acteurs de Three Pines, que l’on connaît maintenant comme s’ils habitaient la maison d’à côté. Dans cette double histoire, tous les personnages sont crédibles, de la spécialiste de la haute finance au moindre drogué, et le duo de traducteurs parvient, souvent grâce à de savants découpages, à rendre vivante l’atmosphère bien particulière dans laquelle baignent Gamache et sa bande. Probablement un autre best-seller au compteur…

Au royaume des aveugles

★★★

Louise Penny, traduit de l’anglais par Lori Saint-Martin et Paul Gagné, Flammarion Québec, Montréal 2019, 448 pages