Décès de l’essayiste suédois Sven Lindqvist

Sven Lindqvist, en 2018
Photo: Frankie Fouganthin WikiCommons Sven Lindqvist, en 2018

Grand voyageur suédois dont l’écriture semblait hors du temps tant elle est inclassable, l’essayiste Sven Lindqvist, connu surtout en langue française pour ses travaux finement ciselés sur l’histoire du colonialisme, est décédé le 14 mai à l’âge de 86 ans.

Auteur d’une oeuvre imposante et envoûtante par sa capacité à transcender les genres, Sven Lindqvist s’était forgé un style original, à situer quelque part entre le journalisme, l’histoire et la littérature pure, dans la tradition des grands voyageurs.

Seulement quelques-uns de ses nombreux livres ont été traduits en français, dont Exterminez toutes ces brutes ! (1999), une histoire de ces penseurs du colonialisme qui envisageaient, au nom d’un pseudo-darwinisme et d’une supériorité civilisationnelle, l’élimination pure et simple des « sauvages » et autres « barbares ». Dans Maintenant tu es mort. Le siècle des bombes (2002), il envisage l’histoire de la mort venue des bombes lancée depuis le ciel.

Il a publié aussi, entre autres, Jord och makt i Sydamerika (« Terre et pouvoir en Amérique du Sud »), paru en suédois 1973, et Jordens gryning (« L’aube de la Terre »), publié en 1974 à la suite de voyages en Amérique du Sud et en Asie.

Très productif, il a publié une quarantaine de titres au cours de sa vie.

Journaliste, il travailla, à partir de 1952, pour le quotidien de Stockholm Dagens Nyheter. Il s’y est fait connaître surtout pour des reportages consacrés à l’Afrique, à la Chine et à l’Amérique latine. Son oeuvre a été couronnée de plusieurs prix importants en Suède.

Sven Lindqvist était considéré comme l’une des voix intellectuelles les plus importantes de son pays.