Le vol

Philémon Croquenot est un personnage très élégant, toujours tiré à quatre épingles, qui adore les chaussures : il en possède 401 paires, récupérées au gré de ses promenades. Un matin de soleil, il part à la recherche de « gougounes fleuries ». La plage reste, croit-il, le lieu par excellence pour faire cette trouvaille. Caroline Barber exploite avec une espièglerie qui lui semble naturelle la notion de vol et tous les subterfuges entourant l’acte pour y arriver. On suit le parcours de cet arnaqueur sans se douter un instant de l’issue de la chasse aux souliers. Son arrivée sur la plage, sa rencontre avec Huguette Galurin, le mouvement des vacanciers, tout devient prétexte à faire piétiner les visées de Philémon. Le trait fin, à la fois gracieux, amusant et expressif de Laura Giraud sous-tend avec finesse l’épopée mise en scène. Les crayonnés noirs sur fond blanc permettent à l’œil de saisir rapidement les chaussures bleues convoitées. Un album dans lequel voler prend des airs de joute équitable.

Les auteures seront au SILQ les 13 et 14 avril.

Le vol

★★★★

Caroline Barber et Laura Giraud, Les 400 coups, Montréal, 2019, 32 pages