«La Mano Negra»: dans les coulisses du foot

Cet ouvrage est moins «brûlant» qu’il prétend l’être, même s’il a le mérite d’offrir une rare incursion dans la vie de ceux qui tirent les ficelles.
Photo: Hugo Doc Cet ouvrage est moins «brûlant» qu’il prétend l’être, même s’il a le mérite d’offrir une rare incursion dans la vie de ceux qui tirent les ficelles.

Si le scandale de corruption qui a ébranlé la Fédération internationale de football association (FIFA) a démontré que le soccer international est une affaire de gros sous et de négociations de coulisses, le nouvel ouvrage de Romain Molina ajoute de l’eau au moulin en s’attardant aux acteurs de l’ombre qui détiennent, semble-t-il, le véritable pouvoir.

Dans La Mano Negra, le jeune auteur présente les plus influents agents du monde du soccer, à la fois tout-puissants et insaisissables, et explique grâce à une série de portraits qui sont ces hommes aux fréquentations parfois peu recommandables.

Ce livre — le cinquième de l’auteur — est fort utile pour comprendre les origines des stratagèmes élaborés il y a des dizaines d’années pour faciliter le transfert des plus grandes vedettes du sport.

Il s’appuie sur quelques témoignages inédits, mais surtout sur des écrits déjà publiés qui décrivent des événements remontant dans certains cas à plusieurs années.

Les ficelles

Cet ouvrage est donc moins « brûlant » qu’il prétend l’être, même s’il a le mérite d’offrir une rare incursion dans la vie de ceux qui tirent les ficelles : Juan « le fantôme » Figer, Jorge « El Ruso » Cyterszpiler ou encore Pinhas Zahavi, décrit comme « l’homme le plus puissant du football mondial ».

L’exposé truffé de détails et d’histoires abracadabrantes tient la route presque tout du long, mais prend une tournure étrange lorsque l’auteur décide de retranscrire presque intégralement ses échanges par écrit avec Zahavi, à défaut d’avoir pu obtenir une entrevue en bonne et due forme.

La conversation révèle à plusieurs moments un Romain Molina complaisant, qui flatte son interlocuteur plutôt que de le pousser à répondre directement aux controverses qui le concernent.

Un stratagème pour le faire parler, dit l’auteur. Une pratique douteuse pour un « journaliste », répondra-t-on.

La Mano Negra: Ces forces obscures qui contrôlent le football mondial

★★

Romain Molina, Hugo Doc, Paris, 2019, 281 pages