Le petit capuchon bleu, Marie Demers et Lucile Danis Drouot

Juste avant de partir chez Mémé, Roseline subtilise la capuche bleue de son frère Jean, plutôt que la rose qui lui appartient. En chemin, elle s’enfarge dans une « protubérance poilue », une « masse chétive et grisâtre, ruisselante de pluie ». Il n’en faut pas plus pour que la petite se prenne d’affection pour le canidé et le conduise chez mère-grand pour le soigner. Dans ce premier titre de la série Les contes culottés, Marie Demers revisite le conte classique en permettant à ses personnages de jouer du coude pour assurer leur singularité. Le loup rose et végétarien, qui préfère s’appeler Jennifer, porter des robes et se maquiller, la grand-mère indépendante et féministe, le chaperon tout sauf innocent et Pépé, qui reviendra au bercail éperdu d’ennui pour sa Mémé, forment un quatuor sympathique qui, malheureusement, à trop vouloir être anticonformiste, reste bien commun. Mais la forme du récit, fait de plusieurs appels au lecteur, l’intrusion de Demers dans le déroulement de l’histoire et la vivacité des illustrations de Lucile Danis Drouot en font une lecture amusante. À suivre.

Le Petit Capuchon bleu

★★★

Marie Demers et Lucile Danis Drouot, Dominique et compagnie, Montréal, 2019, 128 pages