«Les yeux ailleurs»: la fin des illusions

Trois autres tomes de la série ont déjà été publiés en suédois.
Image: Actes Sud Trois autres tomes de la série ont déjà été publiés en suédois.

Juste quand on avait cessé d’y croire, alors qu’on avait pour ainsi dire réussi à accepter l’idée douloureuse qu’on n’aurait plus jamais de nouvelles des trois frères Lauritzen et de leurs proches, voilà que les Éditions Actes Sud se décident à faire paraître — enfin ! — le volume IV du « Siècle des grandes aventures » de Jan Guillou, Les yeux ailleurs, quatre ans après sa publication en suédois.

Loin d’être banales, les tribulations de Lauritz, Oscar et Sverre dans le XXe siècle nous ont jusqu’ici menés de la Norvège à l’Allemagne, de l’Afrique de l’Est à l’Angleterre, de la classe ouvrière à la haute société, des plus cruelles séparations aux plus poignantes retrouvailles.

Leurs vies sont faites d’amour et de trahison, de fraternité et d’adversité, de fabuleuses réussites et de cuisantes défaites, tout cela dans un monde qui change à vue d’oeil, en ce qui concerne les idées et les moeurs aussi bien qu’en ce qui a trait aux techniques et aux esthétiques.

Ces ingrédients, ceux d’une grande saga humaine et historique, on continue de les trouver dans les pages du quatrième tome, tout de même nettement plus politique que les précédents. Se déroulant de 1940 à 1945, le roman est principalement articulé autour du destin de Lauritz, l’aîné de la fratrie, le bâtisseur de ponts, Norvégien germanophile expatrié en Suède alors que la Seconde Guerre mondiale fait rage.

La vie de l’homme, dont le fils est officier SS et la fille engagée dans la résistance norvégienne, n’est pas de tout repos. Au moment où les nazis commettent l’impensable, Lauritz connaît de grandes épreuves, expérimente de terribles deuils, perd peu à peu ses illusions.

Trois autres tomes de la série ont déjà été publiés en suédois. Vivement que tout cela paraisse en français !

Les yeux ailleurs

★★★ 1/2

Jan Guillou, traduit du suédois par Philippe Bouquet, Actes Sud, « Lettres scandinaves », Arles, 2018, 368 pages