«Atlas géopolitique mondial»: pour comprendre notre monde

L’atlas explore aussi des thèmes plus «exotiques», telle la situation en Guyane française, au Cameroun, au Turkménistan ou celle des vignobles chinois, nouveaux acteurs du monde vinicole.
Photo: Éditions du Rocher L’atlas explore aussi des thèmes plus «exotiques», telle la situation en Guyane française, au Cameroun, au Turkménistan ou celle des vignobles chinois, nouveaux acteurs du monde vinicole.

Avec Donald Trump, la Russie et la Chine qui se montrent de plus en plus hostiles aux idéaux démocratiques, le monde connaît de nouvelles tensions, constate le géographe et politologue Alexis Bautzmann dans la préface de la sixième édition de l’Atlas géopolitique mondial.

Pour tenter d’y voir plus clair, l’édition 2019 agence par grandes régions du globe plus de 75 articles parus dans le bimensuel français Carto au cours des 18 derniers mois. Le choix éditorial de ne pas les mettre à jour fait en sorte que certains d’entre eux comportent des passages dépassés par l’actualité plus ou moins récente.

Des sujets médiatisés tels la Catalogne, la péninsule arabique et les États-Unis y occupent une bonne place. Ainsi, le journaliste Julien Camy souligne qu’en 2017 quelque 917 « groupes de haine » étaient recensés aux États-Unis et que l’extrême droite, active depuis le début du XXe siècle, est « plus meurtrière que le terrorisme islamique depuis le 11 septembre 2001. »

L’atlas explore aussi des thèmes plus « exotiques », telle la situation en Guyane française, au Cameroun, au Turkménistan ou celle des vignobles chinois, nouveaux acteurs du monde vinicole.

L’environnement retient l’attention avec 14 textes percutants. Enfin, année de commémoration oblige, quatre articles traitent d’histoire, dont l’un sur le « tourisme des territoires associés à la mort », phénomène qui soulève des enjeux éthiques et de patrimonialisation, de la France au Rwanda.

L’éventail des problématiques traitées révèle la complexité du monde actuel, mais il ressort de l’ensemble une impression d’éclatement.

Une présentation au début de chaque partie aurait sans doute permis de faire des liens entre les contributions. Cela dit, l’ouvrage vaut le détour.

Outre les analyses claires et accessibles, la qualité des cartes et des graphiques fait de cet atlas un bel outil pour tenter de décrypter notre monde tendu, éclaté.

Atlas géopolitique mondial, édition 2019

★★★

Alexis Bautzmann (dir.), Éditions du Rocher, Monaco, 2018, 190 pages