Les plus beaux contes de notre enfance, choisis et présentés par Boris Cyrulnik

« Le conte a un bel avenir. Il éveille les tout petits au théâtre de la vie qui les attend », avance Boris Cyrulnik dans la présentation des 21 contes de Perrault, d’Andersen, des frères Grimm et en provenance du Nord, respectivement illustrés par Doré, Dulac, Rackham et Nielsen, et regroupés en cinq thèmes : l’amour, la malice, les épreuves, le voyage et le surnaturel. Si on ressent l’envie de partager Les plus beaux contes de notre enfance avec ses jeunes protégés, on se demande si Cyrulnik n’aurait pas dû leur donner une légère cure de jeunesse. D’abord en ponctuant le tout d’images d’artistes d’aujourd’hui afin d’installer un dialogue entre la terrifiante beauté des illustrations d’antan et l’imagerie contemporaine. Puis en offrant ces contes dans une traduction plus récente et peut-être plus fidèle aux textes originaux. Paraît-il que la prose lyrique d’Edmond Pilon n’a rien à voir avec le style sobre des contes du Nord, textes norvégiens qu’il aurait traduits à partir d’adaptations anglaises.

Les plus beaux contes de notre enfance

★★★

Boris Cyrulnik, traduits du danois, de l’anglais et de l’allemand, BnF, Paris, 2018, 332 pages