«Je t’aime beaucoup cependant»: la joie viendra

Quand il s’agit de plonger dans la délicate psyché d’un enfant, ou alors de trouver le ton juste pour exprimer les contraintes et les libertés de l’adolescence, Simon Boulerice n’a pas son pareil.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Quand il s’agit de plonger dans la délicate psyché d’un enfant, ou alors de trouver le ton juste pour exprimer les contraintes et les libertés de l’adolescence, Simon Boulerice n’a pas son pareil.

Après Jeanne Moreau a le sourire à l’envers, Paysage aux néons et L’enfant mascara, Simon Boulerice publie un quatrième roman dans la collection « Jeunesse » de Leméac : Je t’aime beaucoup cependant.   C’est bien connu, quand il s’agit de plonger...

La couverture de la COVID-19 et les 7 premiers articles sont gratuits.

Vous devez avoir un compte pour en profiter.

Créer un compte

?Déjà abonné? .

Je t’aime beaucoup cependant

★★★ 1/2

Simon Boulerice, Leméac « Jeunesse », Montréal, 2018, 264 pages