«À leur tour de larguer les amours», collectif


« Plaqué ou être plaqué, au fond, c’est tout aussi souffrant. Dans les deux cas, on s’en prend plein la gueule », résume lucidement Luc Boulanger (Les bancs publics) dans ce recueil de nouvelles dirigé par Marie Lamarre et Maryse Latendresse, où 19 hommes s’expriment sur la rupture amoureuse. Pendant masculin de Larguer les amours, sorti l’an dernier, cet ouvrage collectif aux résonances autobiographiques aborde sans détour, parfois avec humour, la lâcheté et la culpabilité, mais aussi la souffrance et la résilience. Se démarque du lot David Leduc, alias Le Grand Slack (La cathédrale de Schrödinger), avec sa vertigineuse description de la torpeur d’un amoureux éconduit où la tragédie flirte savamment avec la cocasserie. Denis Bernard, Louis Champagne et Iannicko N’Doua, accompagnés par Jérôme Minière, donneront vie à une dizaine de textes du recueil dans une mise en lecture de Marika Lhoumeau le 25 septembre, au Lion d’Or, dans le cadre du FIL.

À leur tour de larguer les amours

★★★

Collectif, Tête première, Montréal, 2018, 237 pages