L’énigme Tolstoïevski, Pierre Bayard

Chacun connaît le nom de l’écrivain russe Leon Fiodor Tolstoïevski. N’est-ce pas ? Mais comment le même homme a-t-il pu écrire des oeuvres aussi différentes qu’Anna Karénine et Les frères Karamazov ? Le mystère, avouons-le, est considérable. À la fois facétie sérieuse et essai savamment grotesque, L’énigme Tolstoïevski est dans la logique de la désacralisation des livres et des auteurs que l’universitaire et psychanalyste Pierre Bayard poursuit depuis déjà une vingtaine d’années (voir Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ?, Minuit, 2007). Bel exemple de « critique de création », se nourrissant de la théorie des personnalités multiples, ce 21e titre de Bayard se veut un hommage à la grande littérature russe, en plus d’être un moyen original et fécond de tisser des liens entre les oeuvres de ces deux monuments du XIXe siècle littéraire.

L’énigme Tolstoïevski

★★★ 1/2

Pierre Bayard, Minuit, Paris, 2017, 160 pages