Émile rêve, Vincent Cuvellier et Ronan Badel

Émile tombe facilement du côté du rêve. Il est comme ça. Quelques instants d’éveil le mènent d’un endroit à l’autre, du déjeuner à la classe, par exemple, mais rapidement son esprit divague. Il imagine sans effort un pigeon rouge et vert à la tête de chat voler au-dessus de lui, une vache qui tente d’attraper un train avec un lasso ou alors un éléphant rose partageant la cour d’école avec les copains. Le trait à la fois tendre et caricatural de Ronan Badel appuie avec désinvolture la folie de Cuvellier. La dernière illustration valorise d’ailleurs toute l’imagination d’Émile, que l’on retrouve dans l’eau, à la campagne, entouré des différents personnages qu’il nous a fait découvrir en rêve. Cuvellier a l’art de mettre en scène des instants du quotidien, l’univers des petits, sans tomber dans des ornières. Sa plume allie avec finesse la candeur et l’ouverture propres à l’enfance.

Émile rêve

★★★★

Vincent Cuvellier et Ronan Badel, Gallimard, Paris, 2017, 28 pages