La feuille d’or, Kristen Hall et Matthew Forsythe

Ode au respect de la nature, à sa beauté mais par-dessus tout au caractère unique de tout ce qui la compose, La feuille d’or nous convie au coeur d’une forêt agitée. Le printemps y revient. Le vert s’installe partout. L’écureuil sort de son nid. La fauvette chante. Et personne ne voit « une chose plutôt insolite », brillante et scintillante : «une feuille d’or ». La rareté crée la demande. Dès que la feuille est aperçue, tous les animaux se l’arrachent jusqu’à ce qu’elle s’effrite en mille morceaux. Les courtes phrases, fortes d’une traduction de Christiane Duchesne, rythment ce récit surplombé des illustrations envoûtantes de Matthew Forsythe. La variation des couleurs suit le cycle des saisons offrant tour à tour des scènes orangées, bleutées, jusqu’à la finale où se déploie une nature colorée et unie dans une ronde parsemée ici et là de teintes dorées.

La feuille d’or

★★★ 1/2

Kristen Hall et Matthew Forsythe, traduit de l’anglais par Christiane Duchesne, Comme des géants, Montréal, 2017, 50 pages