L'année 2017 dans l'oeil de Jacques Nadeau

<em>«Je dois le reconnaître, j’ai toujours eu plaisir à photographier les religieux au Québec, peut-être parce qu’on les a mis de côté, comme si on ne voulait plus les voir.»</em>
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir «Je dois le reconnaître, j’ai toujours eu plaisir à photographier les religieux au Québec, peut-être parce qu’on les a mis de côté, comme si on ne voulait plus les voir.»

« Je dois le reconnaître, j’ai toujours eu plaisir à photographier les religieux au Québec, peut-être parce qu’on les a mis de côté, comme si on ne voulait plus les voir. » En une photo montrant les frères et soeur de Saint-Jean les pieds dans l’eau et un bref commentaire, le photojournaliste du Devoir Jacques Nadeau en dit finalement beaucoup sur son travail et sur une de ses obsessions : mettre en image ce que l’on cherche à cacher.

Dans Jacques Nadeau 2017. Toute l’actualité québécoise en photos (Fides, Montréal, 2017, 232 pages), revue de l’année préfacée par Josée Blanchette et accompagnée de textes signés Mélanie Loisel, l’homme va encore plus loin en laissant ses images croquées au coeur de l’actualité des derniers mois raconter la singularité de son travail, sa quête de l’instant dans ce qu’il a d’unique tout comme de ces visages connus et inconnus loin des mises en scène et des cadres convenus.

Des réfugiés qui franchissent le poste-frontière de Saint-Bernard-de-Lacolle, un autre nouveau chef du Parti québécois exaltant après une victoire, une cantatrice en pleine action… Au cours de l’année, l’histoire a continué de s’écrire devant les objectifs de Jacques Nadeau, qui, avec un regard unique, en fait encore une fois une fascinante traduction.