Fiction belge — Fatima, femme libre de Molenbeek contre les préjugés

Jour de marché à Molenbeek. Faoud Laroui ne se gêne pas pour exposer sans fioritures les préjugés que nourrit une majorité d’Occidentaux envers ces communautés à forte concentration marocaine.
Photo: Nicolas Maeterlinck Agence France-Presse Jour de marché à Molenbeek. Faoud Laroui ne se gêne pas pour exposer sans fioritures les préjugés que nourrit une majorité d’Occidentaux envers ces communautés à forte concentration marocaine.

Dans son quartier, Fatima est en territoire d’hommes. La Belgo-Marocaine a grandi à Molenbeek, l’une des 19 communes de Bruxelles, et connaît ses moindres visages : ceux des marchands, des voisins, des pères et des oncles. Chaque après-midi, elle troque son hidjab pour des habits suggestifs : robes courtes, jeans moulants et camisoles légères. Fatima se faufile ainsi gracieusement dans les ruelles, profitant d’une autonomie aussi passagère que salutaire. À travers elle, l’auteur Faoud Laroui offre une visite guidée de cette communauté qui se situe bien loin des stéréotypes nourris par le présent et ses tensions. Une écriture franche et authentique porte L’insoumise de la porte de Flandre, posant de nouvelles lunettes sur nos perceptions occidentalisées.

Se définissant elle-même comme « Belgo-Marocaine postmoderne pratiquant [sa] déconstruction », Fatima désire se venger des hommes qui veulent la posséder en offrant ses services sexuels aux clients du quartier d’Alhambra. On suit également son mari autoproclamé, Fawzi, qui observe sa fausse promise déambuler dans Bruxelles et découvre avec épouvante que Fatima se « déguise » en aguicheuse occidentale. Sa jalousie explose, et c’est ici que démarre véritablement le récit.

Malgré les thèmes explosifs abordés dans le roman, l’auteur maroco-néerlandais loge son lecteur dans un récit se déclinant en trois narrations sans trop de brusquerie. Bien que son histoire nous permette de visiter Molenbeek en évitant certains raccourcis — notamment ceux alimentés par les derniers attentats en Europe —, Faoud Laroui ne se gêne pas pour exposer sans fioritures les préjugés que nourrit une majorité d’Occidentaux envers ces communautés à forte concentration marocaine.

Un peu plus loin dans l’histoire, nous découvrons le personnage d’Eddy, un journaliste belge désireux de voir éclater une « bombe » en Belgique afin d’avoir quelque chose à raconter. La réputation d’Eddy est celle d’un mythomane alcoolique et sa crédibilité journalistique est fortement remise en question. Suivre deux « corbeaux » qui lui semblent louches — le surnom que trouve Eddy pour décrire ceux portant le hidjab ou le kamis — devient ainsi un excellent prétexte pour pondre un billet populaire jouant sur la peur des Bruxellois devant la montée de l’islam en Europe.

Faoud Laroui démontre bien que le regard que posent certains Belges sur les Marocains en est un rempli d’incompréhension. L’écrivain dresse un portrait de ces réalités qui se chevauchent à travers d’honnêtes narrations et se sert de l’humour avec parcimonie : le rire est bel et bien là, mais il est souvent jaune. Malgré la rapidité avec laquelle l’auteur boucle son roman, la complexité de son intrigue n’en est pas pour autant amenuisée. Elle rappelle surtout la nécessité de conserver un esprit critique devant tous les discours ambiants, ceux des politiciens comme ceux des réseaux sociaux, de la rumeur populaire ou des bulletins de nouvelles, qu’ils soient formulés de ce côté-ci de l’océan ou de l’autre.

L’insoumise de la porte de Flandre

★★★★

Faoud Laroui, Julliard, Paris, 2017, 144 pages