Les bibliothécaires de Montréal s’inquiètent de la centralisation des achats

La centralisation des achats vise à diminuer le nombre d’acheteurs de 80%. Jusqu’à maintenant, un bibliothécaire, souvent avec de l’aide pour les spécialités, effectuait les achats en se rendant dans les librairies.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir La centralisation des achats vise à diminuer le nombre d’acheteurs de 80%. Jusqu’à maintenant, un bibliothécaire, souvent avec de l’aide pour les spécialités, effectuait les achats en se rendant dans les librairies.

Qu’est-ce qui fait l’âme d’une bibliothèque de quartier ? Sa spécificité, construite sur les demandes, les goûts et le profil de ses visiteurs. C’est ce qui fait, par exemple, que les bibliothèques Marc-Favreau et Parc-Extension à Montréal, presque voisines, sont si différentes dans leur collection, ne serait-ce que dans l’offre de documents en langues étrangères. C’est parce que des bibliothécaires craignent pour l’âme de leur lieu qu’ils sortent de la réserve imposée par leur contrat de travail, dénonçant dans une lettre ouverte au Devoir le projet de concentration des achats de livres. Un projet qui sera implanté par la direction des bibliothèques de la Ville de Montréal en janvier 2018.

« Les bibliothécaires qui effectuent le choix des documents [romans, bandes dessinées, documentaires, films, jeux vidéo, disques, etc.] sont ceux qui travaillent dans vos bibliothèques de quartier, peut-on y lire. Nous travaillons avec les collections de nos bibliothèques respectives sur une base quotidienne, afin de conseiller les lecteurs et de les assister dans leurs recherches. Or, le maintien de la qualité de ces collections est mis en péril par [ce] projet de centralisation. » Le texte est appuyé par 74 bibliothécaires, venant des 45 bibliothèques du réseau.

Un pour tous

La centralisation des achats vise à diminuer le nombre d’acheteurs de 80 %. Jusqu’à maintenant, un bibliothécaire, souvent avec de l’aide pour les spécialités (en livres jeunesse ou en bande dessinée, par exemple), effectuait les achats en se rendant dans les librairies. En 2014, 100 acheteurs — 2,2 ressources par bibliothèque — ont choisi les livres augmentant les collections.

La nouvelle vision est importée de Québec, où la population est beaucoup plus homogène. Les acheteurs y deviennent des « sélectionneurs ». Les 45 bibliothèques des 19 arrondissements seront réparties en quatre districts géographiques (Nord, Sud, Est, Ouest), mettant, pour reprendre l’exemple, Marc-Favreau et Parc-Extension dans un même sac. Vingt bibliothécaires-sélectionneurs, soit cinq par pôle, seront appelés à faire le choix pour 90 % du budget des bibliothèques. Les 10 % restants seront dépensés en bibliothèque pour des besoins spécifiques. La part d’âme, quoi.

« Ce modèle permet d’optimiser les ressources humaines consacrées à la sélection de documents », a indiqué la relationniste de la Ville de Montréal Linda Boutin. « Le regroupement de la sélection s’inscrit dans une démarche beaucoup plus large, entamée depuis quelques années en concertation avec tous les arrondissements et le Service de la culture dans le but d’optimiser et d’harmoniser l’offre de services des bibliothèques de la Ville de Montréal. Cette démarche concertée permet une saine gestion des fonds publics et l’amélioration des services destinés aux citoyens. » Le total des économies, selon un document de travail obtenu par Le Devoir, est estimé entre 150 000 $ et 200 000 $. Un grand ramdam pour des économies de bouts de chandelles, estiment les bibliothécaires.

Les sélectionneurs sont choisis par la Direction et les cadres, et dans certains cas, le rôle est imposé. Car la charge sera beaucoup plus lourde. « Ça veut dire que tous mes autres rôles à la bibliothèque, comme l’implication auprès des usagers, l’encadrement des employés, je ne pourrai plus les tenir », a indiqué l’un d’eux, préférant conserver l’anonymat. « Jusqu’à maintenant, je gérais le budget de ma seule biblio, quelque 100 000 $ par année, et là, je vais me retrouver à gérer un budget de plus de 700 000 $ par année. C’est plus que considérable. Et comment prendre en compte les besoins de 11 populations différentes, mais aussi les demandes et spécificités de 11 bibliothécaires ? C’est beaucoup de pression. »

Le devoir de feuilleter

« Dans le nouveau modèle, une vingtaine de bibliothécaires travailleront à la sélection et les 80 autres pourront se consacrer à d’autres activités de la mission des bibliothèques », indique au nom de la Ville Mme Boutin.

Mais les bibliothécaires ne croient pas à cette économie de temps. « Les achats de livres jeunesse, par exemple, sont effectués déjà par ma collègue. Chaque semaine, je dois passer plusieurs heures pour les regarder et les évaluer. Sinon, comment voulez-vous que je puisse conseiller nos utilisateurs ? Ce temps-là ne sera pas gagné. Il se fera seulement en biblios plutôt qu’en librairies. »

Et ce temps en librairie est vu par certains comme une « formation continue », qui sera elle aussi perdue. « On considère que c’est une attaque à notre profession, une dévaluation de l’expertise acquise, a mentionné une autre. La Direction des bibliothèques est en train d’isoler la tâche de sélection des documents, alors qu’elle n’est pas à part : toutes nos tâches s’alimentent les unes les autres. Si je fais de la référence, je vois ce que les gens me demandent comme documents, je sais alors ce qu’il faut que j’achète davantage, ou ce que je dois élaguer. Et je fais des liens avec la programmation culturelle, je connais les animateurs de l’heure du conte et je sais ce qu’ils cherchent, je peux penser des activités en lien avec les nouveautés. Le développement de collection est un processus qui se fait constamment en vases communicants. »

Les bibliothécaires déplorent que la Direction cherche à leur vendre les avantages d’un modèle théorique, semblant oublier sciemment les désavantages. « Perte et gaspillage d’expertise de bibliothécaires, liste l’un d’eux, perte de formation continue, baisse de qualité aux citoyens, démotivation et démobilisation d’un personnel passionné, charge de travail très lourde pour les sélectionneurs, moins d’audace dans le choix — si les bibliothécaires ne sont pas là pour défendre leur choix, ils vont aller au plus consensuel —, uniformisation des collections, perte de confiance envers nos chefs, qui ne reconnaissent pas les valeurs des bibliothèques… »

Une histoire de coupons de caisse

Un des objectifs principaux de la Direction des bibliothèques, comme l’indiquent les documents de travail, est de réduire le nombre de factures, en augmentant le nombre d’achats sur chacune. Car cette division des bibliothèques est celle qui cumule le plus de factures de tous les services de la Ville de Montréal, autour de 16 600 par année. « Mais ils auraient pu nous demander, tout d’abord ! s’est exclamée une bibliothécaire. C’est certain qu’on aurait pu s’arranger demain matin avec les libraires pour produire moins de paperasse ! » « Ce sont des problèmes techniques que la Direction aurait pu régler de manière technique, a estimé une source très près du milieu, au lieu de remettre en cause l’essence même du travail du bibliothécaire. »

Ces achats concentrés ne risquent-ils pas de se faire dans moins de librairies, ainsi, nuisant à l’écosystème du milieu ? Katherine Fafard, directrice générale de l’Association des libraires du Québec, a mentionné que la Ville a demandé aux librairies agréées en juillet dernier de remplir un long document visant à les qualifier en tant que fournisseurs. « Les libraires ont évidemment été inquiets, craignant que la Ville favorise les librairies ayant de grosses structures, a expliqué Mme Fafard. La Ville a été rassurante en nous affirmant qu’elle souhaite assurer une plus grande équité dans la distribution de ses budgets d’acquisition. Nous espérons qu’elle tiendra ses promesses. Nous partageons, cela dit, les inquiétudes des bibliothécaires concernant la centralisation. Si le même scénario était appliqué aux librairies, on parlerait alors d’un siège social qui dicte à ses succursales quels livres proposer à sa clientèle, sans véritablement connaître les particularités de chaque quartier ou région. »

4 commentaires
  • Robert Beauchamp - Abonné 18 septembre 2017 05 h 05

    La bureaucrassie

    Ainsi donc et une fois de plus, la bureaucratie de Québec impose au nom de la piasse, sa vision du bien public.

  • Gilbert Turp - Abonné 18 septembre 2017 08 h 52

    Centraliser est une mauvaise idée

    Un point à ne pas négliger : c'est une partie très agréable du métier de bibliothécaire que d'aller fouiner dans les librairies, de développer son réseau de confiance pour les achats et de se sentir lié aux gens du quartier avec qui on travaille.

    La proximité en culture, c'est fondamental.

  • Éric Bouchard - Abonné 18 septembre 2017 14 h 33

    DE L’IMPORTANCE DE LA BIBLIODIVERSITÉ

    J’ai travaillé une douzaine d’années en librairie, notamment en conseillant des bibliothécaires dans leurs achats. On oublie souvent cette réalité du monde du livre : c’est une infime partie de ce qui se publie chaque mois (et pas toujours la meilleure) qui se rend en bibliothèque, qui devient accessible au grand public, contraintes budgétaires et d’espace obligent, ce qui est déjà assez révoltant en soi. Pour un libraire, à chaque jour recommence ce même combat pour réussir à faire en sorte que les livres de qualité se rendent au public et ne soient pas noyés dans la médiocrité (et ne comptez pas trop sur les médias pour assurer ce mandat). C’est donc dire à quel point la qualité du travail de mise en valeur fait en amont, autant que la diversité des choix faits d’une bibliothèque à l’autre, est capitale, indispensable au bien commun.

    Il y avait un concept très en vogue et au centre de bien des résolutions il y a une dizaine d’années, celui de la bibliodiversité (évidemment calqué sur celui de la biodiversité), qu’on semble tendre à oublier, et le comble ici, c'est qu'il est carrément menacé de manière ignoble par ceux-là même qui sont censés le défendre, soit le Réseau des bibliothèques de Montréal ! Imposer un choix de livre unique pour toutes les bibliothèques du Réseau sous prétexte de rationalisation, c'est ni plus ni moins qu’une entreprise de démolition du bien public. Arrivera-t-il, ce jour où les décideurs cesseront de prêter foi à ces fichus incultes de gestionnaires, a fortiori dans le milieu du livre, où l’apparence d’épargne ne mène qu’à la paupérisation des esprits ? La culture vaut infiniment plus cher que le dollar, bon sang !

    De grâce, appuyons le courage des bibliothécaires dans ce combat, et plaignons-nous au 311. J’en ai marre des conséquences sociales désastreuses de cette vision monolithique de la culture, où tout un chacun doit « consommer » la même chose rentable.

  • Denis Paquette - Abonné 18 septembre 2017 16 h 20

    les générations nouvelles ne jurera plus que par leur teléphone intelligent

    Ils n'ont ps tord de s'en inquiéter, ne somms nous pas a un moment de notre histoire ou la thecnologie nous convie a vouloir tout concentrer, n'était ce pas le signe que nous avons recu quand des institutions comme Cosco ce sont mis a vendre des bouquins a des prix défiants toutes compétitions, peut-être nous acheminons-nous vers une concentration de pouvoir que nous ne pouvons meme pas imaginer, n'est-ce pas le rôle d'Amazon que nous ne pouvons meme pas empêcher, n'est ce pas ce que Donald Trump nous dit quand il dit qu'il ne veut plus rien partager avec personne,voila le monde vers lequel nous acheminons que nous le voulions ou pas, centralisation et concentration ne sont ils pas devenus synonymes