La noblesse russe sous le pouvoir rouge

Soldats dans le Palais d'Hiver, siège du gouvernement provisoire à Petrograd.
Photo: Archives Agence France-Presse Soldats dans le Palais d'Hiver, siège du gouvernement provisoire à Petrograd.

Que sont devenus les membres de l’aristocratie russe dans le sillage de la révolution d’Octobre 1917 ? On croit souvent, largement à tort, que les membres de la noblesse ont tous pris la fuite dans les années qui ont suivi, qu’ils ont été tout simplement engloutis avec l’époque tsariste, comme par enchantement.

La presse soviétique a largement contribué à cet effacement. En 1922, par exemple, un article racontait que « la noblesse russe avait été emportée par la syphilis ». Et le mythe du Russe blanc, prince faisant le chauffeur de taxi à Paris ou ancienne duchesse devenue gérante d’une pension à San Remo après avoir vendu tous ses bijoux, s’il possède un fond de vérité, est l’écran de fumée devant une réalité plus complexe.

C’est cette histoire silencieuse qu’a cherché à exhumer Sofia Tchouikina, maître de conférences à l’Université Paris VIII Vincennes–Saint-Denis et chercheuse à l’Institut des sciences sociales du politique dans Les gens d’autrefois : la noblesse russe dans la société soviétique. Au moyen d’un méthodique et patient travail, d’entretiens avec des descendants de la noblesse, des extraits de mémoires d’aristocrates russes morts en exil, l’historienne russe tente d’« élucider le parcours méconnu de l’ancienne noblesse en URSS et de rendre visibles les mécanismes de formation de la structure sociale soviétique ».

À la veille de la Première Guerre mondiale, la noblesse comptait en Russie 1,9 million d’individus — soit près de 1 % de la population. Tous n’ont pas eu la possibilité (ou même le désir) de partir à l’étranger après la victoire des bolcheviques. Par manque de moyens, apathie, résignation ou parfois même conviction et loyauté envers le nouveau pouvoir, ils sont nombreux à être restés.

Et pour survivre à travers le tumulte du siècle, les « gens d’autrefois », comme on les désignait dans la presse soviétique, ont dû adopter différentes stratégies d’adaptation, de reconversion ou de discrétion. Et pour nombre d’entre eux, en raison de leur bagage culturel et de leur éducation — mais aussi de leurs propres intérêts —, cette reconversion passait souvent par la pratique des arts. Connaissance des langues étrangères, pratique de la danse, du chant, d’un instrument de musique, de l’équitation : une fois ruinés, ce « supplément d’âme » est souvent tout ce qu’il leur restait.

Untel, par exemple, passionné par la nature et par la chasse, est devenu après la révolution un chasseur de loups réputé, auteur d’essais, d’articles de presse et d’oeuvres littéraires consacrés à la chasse. Un autre encore a créé une petite troupe de théâtre. La veuve d’un général s’est trouvé du travail dans une chapelle, où elle s’occupe du potager, fait la cuisine, la lessive et donne des cours de français. « On me nourrit, on me donne du pain. Je suis contente », écrivait-elle en 1922 à ses enfants partis à l’étranger.

Pour une assiette de soupe, dans les années 1930, on pouvait donc obtenir un cours de français ou de musique.

Pour d’autres, les stratégies ont pris des formes différentes, comme des mariages de « raison », conçus souvent pour camoufler un nom de famille trop rattaché au passé aristocrate, en espérant se fondre dans la masse prolétaire.

Dans un contexte où les anciens nobles n’avaient plus accès aux études supérieures, réservées aux prolétaires, l’éducation des enfants, seul moyen de « persister » dans leur distinction, était devenue un défi considérable. Mais le principe éducatif qui a perduré et s’est complexifié au cours de l’époque soviétique, raconte Sofia Tchouikina, est peut-être avant tout la pratique de l’art du silence et de la discrétion. D’autant plus lorsqu’on vit à plusieurs familles dans des logements transformés en appartements communautaires et que quiconque peut vous dénoncer.

Phénomène moins connu encore, Sofia Tchouikina y montre aussi comment, par une sorte de processus d’osmose sociale complexe, les « gens d’autrefois » ont pu transmettre une partie de leur culture au fonctionnement de l’État et de la société soviétiques.

Une fenêtre ouverte sur un monde méconnu.

Les gens d’autrefois, La noblesse russe dans la société soviétique

★★★★

Sofia Tchouikina, Traduit du russe par Karine Guerre et Ekaterina Pichugina, Éditions Belin, Paris, 2017, 334 pages.

1 commentaire
  • Sylvio Le Blanc - Abonné 19 août 2017 17 h 01

    Le critique écrit :

    «À la veille de la Première Guerre mondiale, la noblesse comptait en Russie 1,9 million d’individus — soit près de 1 % de la population.» En 1914, la Russie impériale aurait donc compté quelque 190 millions d'individus? J'en doute fort.

    Extraits de Wikipédia: «D'après les chiffres du recensement de 1897 concernant les nationalités de l'Empire, la population se montait à 122 666 000 habitants dont 44,32 % de Russes, 17,81 % d'Ukrainiens, 6,71 % de Polonais, 10,82 % de turcophones, 4,03 % de Juifs, 2,78 % de Finnois, 2,46 % de Lituaniens et de Lettons, 1,46 % d'Allemands4, 1,34 % de populations caucasiennes, 1,07 % de Géorgiens, 0,93 % d'Arméniens, 0,62 % d'Iraniens, 0,28 de Mongols et 0,73 de diverses autres populations. Du début du xxe siècle jusqu'en 1940, le pays fut caractérisé par une mortalité élevée et d'une mortalité infantile élevée, de par la prévalence des maladies infectieuses. L'espérance de vie fut faible notamment pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918), la guerre civile russe (1917-1922), la famine de 1932-1933 et la collectivisation (1930-1953). Pendant la Première Guerre mondiale et la guerre civile, la fécondité diminua fortement, mais au milieu des années 1920, la vie des populations civiles fut alors redevenue normale ce qui a pu permettre une période de forte fécondité (couplée aux premiers programmes de santé publique soviétiques). Mais dans les années 1930, une baisse brutale de la fécondité s'amorça, tandis que la mortalité restait élevée. Selon AG. Vishnevsky, les pertes démographiques durant la période 1926-1940 s'élèveraient à 9 millions de personnes.»

    https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mographie_de_la_Russie