Jonathan Lamy, nouveau Prix Nelligan

C’est à Jonathan Lamy que le jury du prix de poésie Émile-Nelligan a remis ses 38es lauriers, pour La vie sauve (Le Noroît). Michaël Trahan, Louise Dupré et José Acquelin ont salué ce « recueil engagé », « à la fois un appel à l’amour et à la guerre. Le poème, ici, est un exercice d’attention — attention à soi, aux autres, à la vie — qui cherche à opposer à l’emprise du désespoir une désarmante sincérité ». Étaient finalistes également Ariane Audet, avec Déjà la horde de la chair se tait (L’Hexagone), Charles Dionne pour La main invisible (Quartanier) et Laurence Veuilleux pour Amélia (Poètes de brousse). Le lauréat remporte une bourse de 7500 $, une tournée de promotion à l’étranger et une médaille honorifique. Le prix Nelligan honore depuis 1979 le recueil d’un poète de 35 ans ou moins, paru l’an précédent.