Apatride, Shumona Sinha

Apatride, quatrième roman de Shumona Sinha, lie le destin de trois femmes, nées dans la région de Calcutta et affrontant trois réalités différentes. Marie, fille adoptive d’un couple français, militante active, multiplie les va-et-vient entre la France et l’Inde, à la recherche de ses origines. C’est elle qui fait le trait d’union entre Mina, jeune paysanne encore au pays, coincée dans le carcan social, et Esha, femme instruite qui a émigré à Paris, mais dont le quotidien, soumis au sexisme et au racisme ordinaires, la confronte. En lutte pour l’appropriation de leur identité et de leur dignité, ces femmes sont forcées au dur constat que leur corps, premier territoire, ne leur appartient pas : « Esha comprit qu’elle ne pourrait jamais s’éloigner des zones troubles, car elle portait en elle, sur sa peau, son visage, tout au long de son corps, comme la carte moisie d’un pays lointain. C’était elle, la zone. » Portrait bouleversant de la condition féminine, le récit n’est ni fataliste ni larmoyant, en équilibre sur la mince ligne où tout est encore possible. Sans faire l’épargne de la beauté, Apatride bouscule et émeut, faisant entendre un cri, entre révolte et espoir.

Apatride

★★★ 1/2

Shumona Sinha, Éditions de l’Olivier, Paris, 2017, 192 pages