Livres usagés: malheurs d’occasion

Sur les huit librairies ouvertes ces dernières années par Renaissance, seule celle de l’avenue du Mont-Royal serait rentable, confie le directeur et fondateur, Pierre Legault.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Sur les huit librairies ouvertes ces dernières années par Renaissance, seule celle de l’avenue du Mont-Royal serait rentable, confie le directeur et fondateur, Pierre Legault.

Une douzaine de libraires spécialisés dans la vente de livres d’occasion dénoncent, dans une lettre, la concurrence que leur livrent les librairies Renaissance, ces extensions récemment nées de l’organisme de réinsertion sociale et de son réseau toujours croissant de centres de dons. Une concurrence que les libraires jugent déloyale. Renaissance, avec ses huit librairies ouvertes en quelque trois ans, où sont revendus des livres donnés, casserait un marché en fragile équilibre.

« Le marché de la fripe n’est pas celui du livre, peut-on lire dans la missive signée par 13 professionnels du livre de seconde main de l’île de Montréal, dont les propriétaires de L’Échange, du Marché du livre, de La Bouquinerie du Plateau ou de la petite Librairie Henri-Julien. Particulièrement au Québec, enclave francophone en Amérique, ce dernier est fragile et ne se maintient en équilibre qu’en vertu de certaines règles élémentaires (telle la loi 51, pour le livre neuf, entre autres). Quant à lui, pour ceux qui l’ignorent, le marché du livre et du disque d’occasion s’est grandement structuré ces 20 dernières années, et Montréal peut maintenant compter sur son réseau de professionnels digne de ce nom, mais pas des plus profitables. Or, les "librairies” Renaissance, qui poussent ici comme des champignons, ne sont pas soumises aux diktats du commerce, d’autant plus que le réel but commercial de ces entreprises est la multiplication des centres de don (vêtements et autres objets) qui y sont hébergés. »

Du dumping ?

Mathieu Bertrand, de la librairie Bonheur d’occasion, est l’instigateur de cette lettre ouverte. Sa librairie est dans le quartier depuis 2000, et a déménagé il y a peu sur l’avenue du Mont-Royal, alors qu’elle était enclavée auparavant à quelques mètres, presque cachée rue De La Roche. « Je n’accepte pas d’avoir travaillé 20 ans comme un déchaîné pour me faire mettre à terre par un dumping, car c’est carrément ce que font les librairies Renaissance. Si demain matin quelqu’un ouvre une librairie en face de chez moi, qu’il y tient de meilleurs livres, qu’il est meilleur payeur [pour l’usager] et qu’il me fait concurrence ainsi, ce serait correct. Ce serait de bonne guerre », avance celui qui estime à 20 % ses pertes depuis l’arrivée, avenue du Mont-Royal, de la Librairie Renaissance.

M. Bertrand est d’autant plus indigné que les librairies d’occasion forment avec les organismes de charité une chaîne du livre parallèle : les deux font partie du même petit monde. « Quand quelqu’un vient me voir pour élaguer une bibliothèque privée, je suggère d’abord des dons à la paroisse, afin que les livres restent proches », explique M. Bertrand. Les organismes de charité viennent ensuite : « En dix ans, j’ai référé à Jeunesse au Soleil, aux Petits Frères des pauvres, au Chaînon, et aussi à Renaissance, avant. » Jeunesse au Soleil fait de grands bazars, précise le libraire, et redistribue ensuite les livres qui restent à d’autres organismes. Le Chaînon a sa propre petite librairie en ses murs, « mais leur but n’est pas d’ouvrir un Chaînon à tous les coins de rues, poursuit M. Bertrand. Ça n’a aucun sens de voir une entreprise en économie sociale faire des annonces télé à gros budget pour tout rafler. Qu’est-ce qu’il faudrait que je fasse ? Que j’engage Guylaine Tremblay ou Marc Labrèche à mon tour pour des pubs ? Je n’ai pas les moyens… » L’homme souhaiterait que Renaissance cesse la vente de livres, donnant ses livres pour favoriser l’alphabétisation et faire, autrement, l’oeuvre sociale qui est sa mission.

Des missions différentes

Le directeur fondateur de Renaissance, Pierre Legault, croit que son organisme est ici bouc émissaire dans une situation beaucoup plus complexe, qui fait que tout le milieu de la vente de livres souffre ces dernières années. « Mon équipe me dit que les clients viennent en librairie chez nous parce que les prix des autres librairies sont très, très élevés. » Difficile, il est vrai, de concurrencer un coût d’achat nul… Mais sur les huit librairies ouvertes ces dernières années par Renaissance, seule celle de l’avenue du Mont-Royal serait rentable, confie le gestionnaire. « On n’a pas d’objectifs d’ouverture de librairies. On veut surtout ouvrir de grandes friperies où on fait de l’insertion sociale. Ça se peut qu’on en ouvre encore, si on arrive avec des locaux un peu trop grands, pour aller chercher des revenus, ou dans des secteurs où on veut ouvrir un centre de don, comme à Laval ou dans le West Island, et où la municipalité nous oblige à vendre quelque chose. On a une mission, on est dans le monde économique, on ne fait pas exprès pour nuire aux gens, on fait attention dans bien des situations, mais à un moment donné quand on grossit et qu’on se développe et qu’on veut remplir notre mission et qu’on crée de l’emploi… », énumère M. Legault, laissant son idée en suspens.

Il profite de l’occasion pour clarifier les conditions de travail de ses libraires : 13 $ l’heure, une assurance maladie, invalidité et dentaire, une prime de 500 $ dans le temps des Fêtes et quelques jours de congé supplémentaires. « D’ailleurs, on va ajouter des postes d’insertion dans nos librairies probablement autour de Noël, ou tout de suite après. On y pensait depuis longtemps, et cette critique qu’on nous a faite récemment [que la mission de réinsertion sociale n’était pas respectée] est légitime. »

Alors Renaissance, en livres d’occasion, n’a-t-elle pas l’impression de déséquilibrer un marché ? « Pas du tout. On est petits. » Petits ? Avec huit librairies dans Montréal et sa région ? Avec 40 succursales dans la province ? Cette seule phrase semble à elle seule démontrer une incompréhension de la fragilité du marché de la vente de livres au Québec…

7 commentaires
  • Hélène Gervais - Abonnée 13 décembre 2016 07 h 06

    Pourquoi Renaissance ...

    dont la qualité première est la réinsertion sociale, ne va-t-elle pas installer ses librairies dans les quartiers où il n'y en a pas justement? dans des régions où il n'y en a pas? ou dans des petites villes? Ils pourraient continuer leur réinsertion sociale, qui est très bien, mais sans nuire aux magasins qui eux paient leurs livres. Ils n'ont pas à entrer en compétition avec qui que ce soit, ce n'est pas leur mission de faire de l'argent, leur mission est la réinsertion sociale.

  • Jorge Flores-Aranda - Abonné 13 décembre 2016 11 h 17

    Réaction exagérée des libraires ?

    Pour faire de la réinsertion sociale sans dépendre des fonds de l'État, il faut générer des revenus. Et, à mon avis, cela s'inscrit parfaitement dans la mission d'une organisation comme Renaissance. Pour fréquenter autant les librairies spécialisés que les librairies Renaissance, je constate que l'offre de livres n'est pas du tout la même. Les libraires spécialisés constituent un commerce de niche où l'on trouve des bouquins différents que ceux qu'on trouve généralement dans les librairies Renaissance. La réaction des libraires me semble totalement exagérée et sans fondement.

  • André Cotte - Abonné 13 décembre 2016 14 h 08

    Ne faites pas la fine bouche...

    Je passe au livre numérique depuis quelques années. Je vieillis et j'essaie parallèlement de faire de la place sur mes étagères. Donc, je donne une partie de mes livres. J'ai d'abord essayé de les refiler à des librairies de livres usagés. Je ne voulais pas faire de l'argent. Juste m'assurer que mes livres ne finiraient pas à l'enfouissement.

    J'ai vite arrêté de les proposer aux libraires d'occasion qui ne prenaient (achetaient) qu'une infime partie de mes livres. Ça me je m'en foutais. Ce que je voulais c'est de ne pas retourner chez-moi avec le trois-quarts de mes livres et de chercher comment je pourrais en disposer écologiquement.

    Maintenant je les apporte chez Renaissance qui prend tout. Je présume qu'elle dispose correctement de ceux qu'elle ne peut vendre.

    Je serais disposé à retourner chez les libraires de livres usagés s'ils prenaient tout même sans payer pour chacun des livres. Je crois à l'importance des librairies dans notre écosystème culturel. Mais de grâce ne faites pas la fine bouche...

    Votre menace à plus long terme... c'est le livre numérique. J'y suis rendu et je ne reviendrai pas en arrière. Commencez à réfléchir à une façon de survivre à l'ère du numérique. C'est plus important que de chipoter sur les ventes perdues au main de Renaissance.

    André Cotte

  • André Provencher - Inscrit 13 décembre 2016 15 h 38

    Il n'y a pas de quoi s'inquiéter

    Il est exagéré de dire que les libraires Renaissance font une concurrence déloyale aux bouquinistes parce qu'elles ne s'adressent pas aux mêmes publics et ne vendent pas la même marchandise. Les Renaissance prennent tout et offrent de tout. Un guide de voyage du siècle dernier, le roman-que-tout-le-monde-lisait il y a cinq ans, un Petit Robert de 1995 à la couverture abîmée, c'est Renaissance qui les vend (et les accepte en dons!), pas un bouquiniste. Et dans ma petite ville, il n'y a qu'une seule librairie, et c'est Renaissance.

  • Soraya Ould Ali - Abonné 13 décembre 2016 15 h 56

    Oui, mais...

    Lorsque j'ai voulu vendre mes livres usagés à une librairie, ils m'ont répondu qu'ils ne prenaient que des romans, poche de préférence, sinon les grands formats, rien de plus vieux que 2013. Ce qui fait que je n'ai pu vendre que 25% de mes livres. Que croyez-vous que j'ai fait avec le reste? Hé oui, Renaissance... Je comprend que les librairies veulent du 'bon stock', mais s'ils ne prennent pas ce que les gens offrent, qu'ils ne se plaignent pas que d'autre organisme, qui eux prennent tout, les revendent!! Je dis, tant pis.