Scandales érotiques de l’art, Claire Maingon

Mais pourquoi Gabrielle d’Estrées et sa soeur, la duchesse de Villars, sont-elles nues sur ce tableau dévoilant l’une en train de pincer le téton de l’autre ? Le sexe de la statue de Diane la chasseresse de Jean-Antoine Houdon a-t-il toujours été si lisse ? Et comment le spasme sexuel d’Apollonie Sabatier, gravé dans le marbre par Clésinger, a-t-il réussi à tromper l’indignation de ses contemporains ? De la peinture à la photo, de la gravure à la sculpture, de Fouquet à Jean-Jacques Lebel, Larry Clark ou Picasso, Claire Maingon, historienne de l’art, remonte dans ce magnifique ensemble, autant par sa documentation que son érudition, le fil de ces oeuvres sexuées et sexuelles qui ont ébranlé leurs contemporains. Sublime exercice qui laisse la transgression raconter la censure et l’art révéler par le plus simple appareil la très grande universalité qui toujours le traverse.

Scandales érotiques de l’art

★★★★ 1/2

Claire Maingon, Beaux-arts éditions, Paris, 2016, 216 pages