Quelle place pour les bibliothèques publiques?

Dans une vaste étude historique qui vient de paraître, l’ex-bibliothécaire François Séguin regrette que l’État n’accorde pas une attention plus soutenue aux bibliothèques publiques.
Photo: Jacques Grenier Le Devoir Dans une vaste étude historique qui vient de paraître, l’ex-bibliothécaire François Séguin regrette que l’État n’accorde pas une attention plus soutenue aux bibliothèques publiques.

En matière de bibliothèques publiques, le Québec a plus souvent été du côté de l’obscurantisme que des lumières, montre François Séguin dans D’obscurantisme et de lumières. La bibliothèque publique au Québec des origines au XXIe siècle, une vaste histoire de ces espaces de savoir depuis leurs origines jusqu’à nos jours.

« Le problème avec les bibliothèques publiques est que leur gestion est laissée aux municipalités, explique l’ancien bibliothécaire. Elles reçoivent plus ou moins d’investissements. Souvent, on investit plus dans l’aréna. »

Ces dernières décennies, montre-t-il en conclusion de son ouvrage, l’État a régulièrement mis la hache, tous partis confondus, dans le financement de ces lieux de transmission de savoir.

Un déficit historique

Il a fallu attendre la mort de Duplessis pour qu’un embryon de politique sur les bibliothèques publiques apparaisse. « Avant, il n’y a à peu près rien en matière de bibliothèques publiques. Quelques succursales à Montréal et dans certaines villes, mais rien de très développé. Au début des années 1960, il y a encore “un enfer”, cet endroit où l’on place les livres jugés infréquentables par l’Église. Et dans les milieux ruraux, il n’y a quasi rien avant la fondation des bibliothèques centrales de prêts. »

C’est le gouvernement de Paul Sauvé, éphémère successeur de celui de Duplessis, qui laisse entrevoir de nouvelles perspectives quant à la place que doivent avoir les bibliothèques publiques dans une société moderne. « Mais contrairement à ce qu’on pourrait croire, très peu a été fait pour les bibliothèques durant l’effervescence des années 1960 : il y avait tant d’autres choses dont il fallait s’occuper ! »

Un véritable plan quinquennal de développement des bibliothèques n’apparaîtra qu’au début des années 1980. « C’est le plan du ministre Denis Vaugeois. C’est tardif. Et de là jusqu’à aujourd’hui, tout est allé en dents de scie, avec plus ou moins d’investissement. »

En 1992, observe-t-il, la Loi sur les bibliothèques publiques a été abrogée. « Si bien qu’on n’a plus vraiment de cadre légal sur les bibliothèques publiques au Québec, à la différence de l’Ontario. Une loi peut prévoir les objectifs à atteindre, le rôle de l’État, les modalités de financement. […] Le Québec demeure en retard par rapport au reste du Canada en matière de bibliothèque. »

S’il y a eu un certain rattrapage depuis les années 1960, il reste encore beaucoup à faire selon lui. « Plutôt que de toujours s’en remettre à des mesures ponctuelles, une loi-cadre formaliserait les besoins et les moyens de les atteindre. »

L’esprit de soutane

La première bibliothèque publique au Québec est anglaise. Au lendemain de la cession du pays à la couronne anglaise, le gouverneur Haldimand voit dans la création de la Quebec Library un outil servant à la diffusion d’une pensée favorable aux visées politiques du nouveau pouvoir en place. N’y avait-il pas de livres en circulation dans l’univers de la majorité française ? Oui, bien sûr, mais comme l’écrira le bibliothécaire Aegidius Fauteux, célèbre dans les rangs de sa profession, il faut absolument « s’aider du microscope de l’imagination » pour le percevoir…

À Montréal, il faut attendre 1796 pour voir l’apparition d’une première bibliothèque par souscription. Après sa disparition à la suite d’un incendie en 1821, une nouvelle bibliothèque, qui reprend la collection d’origine, est ouverte à ses membres du lundi au samedi, de 9 h à 16 h tandis qu’une pièce où les journaux sont mis à la disposition est ouverte pour sa part jusqu’à 22 h. La bibliothèque est liée à l’Exchange, l’ancêtre de la Bourse : le savoir et la culture constituent des moyens pour ceux qui en détiennent les moyens.

Aux environ de 1780, la moyenne de l’alphabétisation dans le Bas-Canada, plus ou moins le Québec de l’époque, est de 16 %. Dans la ville de Québec, ville de pouvoir et d’administration, 41 % de la population sait lire et écrire.

« J’entends souvent dire que l’Église a créé chez nous les bibliothèques. Ce n’est pas la réalité. Toutes les fois que le clergé s’intéressait aux bibliothèques paroissiales, c’était pour tenter de limiter l’influence des bibliothèques publiques. »

Ces bibliothèques paroissiales apparaissent en réaction. « Quand l’Institut canadien disparaît, l’intérêt de l’Église pour le développement des bibliothèques s’effrite. »

Lorsque le multimillionnaire américain Andrew Carnegie souhaite offrir à Montréal une immense bibliothèque publique à condition que celle-ci s’engage à entretenir les collections, l’Église s’élève contre le projet. « L’Église souhaitait que seulement des ouvrages techniques circulent dans ces bibliothèques. »

Nouvelle réalité

À l’heure d’une dématérialisation grandissante, la place et le rôle social des bibliothèques doivent-ils être remis en question ? « La dématérialisation n’empêche pas le livre de continuer d’exister. Il faut quand même l’acheter ! La bibliothèque offre un accès aux livres, sous tous les supports. Un accès gratuit. La fonction de la bibliothèque est de démocratiser, de rendre disponible, de diffuser, en particulier dans les milieux défavorisés. »

Devant le fouillis d’Internet, où tout est loin d’être gratuit, « la bibliothèque publique met à la disposition de tous des ouvrages de référence en ligne et beaucoup de banques de données, des services, des conseils, des équipements. » Sans parler des conférences, des lectures pour les enfants, des ateliers. « J’ai travaillé des années dans une bibliothèque publique. Je sais très bien qu’un lieu pareil donne accès à des savoirs dont les gens n’auraient pas les moyens sans elle. » Mais les moyens manquent et la façon d’appréhender la bibliothèque publique uniquement sous l’angle des « loisirs » continue de faire des ravages.

Pendant 32 ans, François Séguin a été bibliothécaire, en particulier dans le quartier défavorisé dans Hochelaga-Maisonneuve. « Bibliothécaire, c’est le plus beau titre que j’ai eu de ma vie ! »

D’obscurantisme et de lumières

★★★★ 1/2

François Séguin, Hurtubise, Montréal, 2016, 657 pages

2 commentaires
  • Gérald Côté - Abonné 6 décembre 2016 09 h 34

    La bibliothèque c'est à nous autres

    La bibliothèque c'est à nous autres, je le dis souvent à la librairie la librairie Côté gauche.
    La bibliothèque d'ici et y compris la Bibliothèque nationale du Québec basée à Montréal, devenue disponible sur tout le territoire du Québec, si on s'y abonne.
    Oui, il faut en faire la promotion, même y aller avec quelqu'un, car je m'aperçois que plusieurs d'entre nous sont intimidés par le lieu.
    Il y a pas si longtemps nous n'avions pas de livres à la maison et plusieurs quittaient l'école encore enfant. Çà ça laisse des traces.
    Il n'est pas inutile de le rappeler, et je ne suis pas le seul, plusieurs dans nos foyers n'avions ni livres ni même de bibliothèque dans nos villages, ou nos quartiers.
    Pour ma part,ayant été obligé de quitté l'école adolescent, quand je suis arrivé à Montréal à 17 ans (1957) pour y travailler, la découverte de la Bibliothèque de Montreal rue Sherbrooke et de la Librairie Tranquille rue Sainte-Catherine (livres d'occasion), m'a impressionné. J'étais vraiment intimidé par ces lieux. Merci à ceux qui m'ont aidé, alors, à découvrir l'accés aux livres gratuitement ou à bon marché.
    Quelle découverte! Merci à ces professeurs à l'école du soir qui m'ont aidé à apprivoiser ces lieux de connaissances.

  • Colette Pagé - Inscrite 6 décembre 2016 11 h 01

    Imposition d'un % consacré aux bibliothèques et à l'achat de livres !

    Pourquoi ne pas obliger les municipalités à consacrer un % de leur budget aux bilbiothèques ? Vivement une politique nationale visant la mise à niveau des bibliothèques.

    Quant à la beauté des lieux des bibliothèques, de leur éclairage et au confort des sièges, un grand travail s'impose. Pourquoi ne pas accorder des crédits d'impöts pour les dons faits aux municipalités pour les bibliothèques. Ces lieux de savoirs et d'apprentissage dont les heures devraient être étendues pour une plus grande accessibilité.