Les premiers aviateurs, Alexandre Fontaine Rousseau et Francis Desharnais

Ah, les pionniers de l’aviation, avec leur courage, leur ténacité, leur ingéniosité, qui ont révolutionné le monde des transports. La grande histoire en a fait des icônes. La petite histoire revisitée par ce duo de bédéistes, dans le cadre de cette rencontre improbable, tourne tout ça à la dérision. Et c’est très amusant ! La création suit le même plan de vol que celui établi par La guerre des arts, de Francis Desharnais, cette critique en apparence légère de l’industrialisation de la culture posée sur un cadre graphique contraignant : des dessins répétitifs, un découpage redondant, forçant le texte à se faire direct. Ici, le thème change, la contrainte reste la même. Cela donne à l’évocation de l’avion des frères Wright de 1903, au saut mortel de Franz Reichelt en 1912 ou à la grosse machine d’Hiram Maxim ce caractère insidieusement critique de la détermination que l’humain peut d’un petit rien ériger en bêtise. Exemplaire et divertissant.

Les premiers aviateurs

★★★ 1/2

Alexandre Fontaine Rousseau et Francis Desharnais, Pow Pow, Montréal, 2016, 116 pages