Un grand prix pour une grande oeuvre

Planche tirée de «La femme aux cartes postales».
Photo: La Pastèque Planche tirée de «La femme aux cartes postales».

Après avoir fait voyager les lecteurs dans l’espace et le temps, entre 1950 et aujourd’hui, entre New York et Montréal, le duo de bédéistes formé par Jean-Paul Eid et Claude Paiement peut désormais voyager au firmament de la reconnaissance internationale. Leur Femme aux cartes postales (La Pastèque), oeuvre élégante et sensible, vient de décrocher en effet le Prix de la critique de la bande dessinée québécoise 2016 décerné par l’Association des critiques et journalistes de bande dessinée (ACBD). L’annonce va en être faite officiellement ce vendredi matin, simultanément à Montréal et à Paris.

Le bouquin suit le destin de Rose, jeune Gaspésienne qui à l’aube d’une Révolution tranquille quitte son village natal dans l’espoir de briller dans un des nombreux cabarets de la métropole qui commencent doucement à être sur le déclin. Cinquante ans plus tard, dans ce même village, une maison abandonnée, elle, se prépare à livrer un étonnant secret qui va faire avancer un présent et son passé sur le chemin de l’improbable.

L’ACBD, regroupement international de 86 journalistes spécialisés dans la couverture du 9e art dans l’ensemble de la francophonie, a qualifié d’« exceptionnel sur tous les plans » le récit imaginé par le dessinateur Jean-Paul Eid, père de Jérôme Bigras — personnage culte de la bande dessinée québécoise — et le scénariste-dramaturge Claude Paiement. L’album était dans la course pour cette reconnaissance aux côtés de La demoiselle en blanc (Mécanique Générale) d'Éléonore Goldberg et Dominick Parenteau-Lebeuf et de Whitehorse (Pow Pow) de Samuel Cantin.

Un parmi 154

La femme aux cartes postales a été choisi parmi 154 bandes dessinées publiées au Québec entre le 1er juillet 2015 et le 30 juin 2016. Le prix, qui en est à sa deuxième année d’existence, sera remis aux lauréats le 18 novembre prochain à l’occasion du Salon du livre de Montréal. L’an dernier, il a été remporté par Jimmy Beaulieu avec ses Non-aventures (Mécanique Générale).

Fabien Deglise est membre votant de l’ACBD

1 commentaire
  • Pierre Vaillancourt - Abonné 29 octobre 2016 13 h 25

    Un p"tit bijou !

    Je suis vraiment très heureux d'apprendre que c'est « La femme aux cartes postales » qui a mérité ce prix, car c'est vraiment un réel petit bijou, à plusieurs égards.

    On y découvre à la fois le Québec des années 60 et d'aujourd'hui, de la Gaspésie à Montréal, et plus particulièrement la vie nocturne et artistique de la métropole durant les années 60, avec de réels éléments historiques ainsi qu'une belle intrigue et des dessins absolument superbes. C'est en quelque sorte un grand portrait d'époque dont les innombrables détails, au niveau du dessin, témoignent de l'excellente recherche documentaire derrière ce gigantesque travail.

    L'histoire intéressera tout le monde, jeunes et moins jeunes, mais les amateurs de jazz s'y régaleront d'une manière toute particulière : quand on peut voir la pochette d'un album très particulier de Charlie Parker appuyé contre un meuble, par terre, perdu au milieu d'une BD, c'est un pur plaisir, et de tels plaisirs, il y en a partout dans cette oeuvre de 227 pages !

    Pour ceux qui se demandent de quel album de Parker il s'agit, allez chercher « La femme aux cartes postales » et vous saurez, si vous êtes bon observateur, où est Charlie... Parker !

    Bravo aux bédéistes Jean-Paul Eid et Claude Paiement !