Renaud-Bray met la main sur Olivieri

Il s’agit d’un nouveau bouleversement dans le réseau des libraires indépendants québécois, dont les ventes de livres n’ont cessé de chuter, au profit des grandes chaînes comme Renaud-Bray.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Il s’agit d’un nouveau bouleversement dans le réseau des libraires indépendants québécois, dont les ventes de livres n’ont cessé de chuter, au profit des grandes chaînes comme Renaud-Bray.

Près d’un an et demi après s’être offert le Groupe Archambault, le grand patron de Renaud-Bray, Blaise Renaud, vient de mettre la main sur le libraire indépendant Olivieri, a appris Le Devoir. Les deux fondateurs demeureront toutefois à la barre du commerce-bistro du chemin de la Côte-des-Neiges.

Fermée de façon temporaire depuis lundi, Olivieri doit rouvrir ses portes le 26 septembre, mais cette fois avec un nouveau propriétaire. Quoi qu’il en soit, l’entreprise fondée il y a 31 ans par Rina Olivieri et Yvon Lachance conservera son autonomie et son identité propre.

Sur Facebook mercredi, la librairie reconnue pour sa vaste collection d’oeuvres étrangères et de matériel éducatif, entre autres, expliquait la fermeture imprévue par le fait que « les temps ont été très difficiles chez Olivieri » dans la dernière année.

Entre en scène Blaise Renaud. « Olivieri s’est taillé une place importante dans le marché, au point de devenir un véritable centre de rencontres littéraires. Comme plusieurs librairies indépendantes, cet établissement a su développer une niche qui sert parfaitement une clientèle fidèle, affirme-t-il. Olivieri présente un caractère distinct qui convient à une clientèle différente. »

La valeur de la transaction, survenue lundi, n’a pas été dévoilée par les parties, qui doivent en faire l’annonce jeudi matin. Il semblerait que le populaire bistro intégré à la librairie doive rester.

« Nous sommes aujourd’hui heureux de procéder à une restructuration qui permettra à Olivieri de poursuivre son ambitieux projet et de préserver les emplois de plus de 30 personnes dévouées », a déclaré Rina Olivieri.

Il s’agit d’un nouveau bouleversement dans le réseau des libraires indépendants québécois, dont les ventes de livres n’ont cessé de chuter, au profit des grandes chaînes comme Renaud-Bray. Selon l’Observatoire de la culture et des communications du Québec, entre 2009 et 2013, les ventes de livres neufs par les librairies à succursales sont passées de 218 à 232 millions de dollars.

En comparaison, celles des librairies indépendantes ont chuté, de 143 millions en 2009 à 113 millions en 2013, soit environ le quart du marché.

À voir en vidéo