Montréal: capitale mondiale du livre en 2005

Montréal a été désigné par l'UNESCO capitale mondiale du livre pour l'année 2005-06. C'est ce qu'a annoncé hier Jean-Louis Fortin, de l'Association nationale des éditeurs de livres du Québec (ANEL).

Le jury de l'UNESCO, à Paris, a donc opté pour la ville québécoise, au détriment des deux autres villes en lice pour cette nomination, Barcelone et Turin.

Chaque année, depuis 2001, l'UNESCO désigne une capitale mondiale du livre, pour une année complète qui s'amorce le 23 avril, journée mondiale du livre, jusqu'au 22 avril de l'année suivante. En 2004, ce sera la ville d'Anvers, en France, qui assumera ce rôle.

Selon Jean-Louis Fortin, directeur de l'ANEL, Montréal a été choisi notamment pour la vitalité de son activité éditoriale. M. Fortin ajoute par ailleurs que le Québec est l'un des endroits les mieux organisés «au monde» en matière de distribution de livres.

Montréal a aussi été désigné pour l'excellence de son programme, comme en témoigne la lettre d'appui du comité de sélection désigné par l'UNESCO. La ville de Montréal a été choisie, dit cette lettre, «pour l'excellence du programme soumis, qui crée une forte synergie parmi tous les secteurs de l'industrie du livre, y compris un certain nombre d'aspects de la promotion du livre et de la lecture». Le comité de sélection était formé de Georges Poussin, représentant Milagros del Corral, de l'UNESCO, de Françoise Dubruille, de l'International Booksellers Association, de Roos Shimmon, de l'International Federation of Library Associations and Institutions, et de Pere Vicens, de l'International Publishers Association.

Selon M. Fortin, un tel événement aura un impact favorable sur la visibilité du Québec littéraire à l'étranger, au même titre que le Printemps du Québec à Paris, ou que la présence du Québec comme invité d'honneur à Guadalajara.

Dans le dossier de candidature présenté par l'Association nationale des éditeurs de livres, on explique que la ville de «Montréal tire sa personnalité des deux cultures distinctes qui l'ont nourrie dès sa fondation: la culture française des débuts de la colonie et la culture et la culture britannique qui s'installe à la suite de la Conquête de 1760». Outre ce bilinguisme, on met en avant le caractère cosmopolite de Montréal, ses écrivains d'origines diverses, son caractère universitaire et sa vitalité culturelle.

Par ailleurs, si l'on tient compte des nombreuses plaintes qui ont été formulées ces derniers temps concernant l'état des bibliothèques publiques et le financement de la politique du livre et de la lecture, on s'étonne un peu qu'on en fasse ici l'éloge!

Dans la liste des projets que l'ANEL propose pour 2005, on prévoit la conception d'un site Internet sur Montréal en tant que capitale mondiale du livre, des activités promotionnelles incluant des affiches, des signets et des panneaux dans le métro, la tenue d'un forum international de l'édition, une table ronde portant sur le thème: «Qu'est-ce qu'une ville-lecture?», la création de deux circuits littéraires, l'un portant sur Montréal, et l'autre sur le Saint-Laurent, une exposition sur l'histoire littéraire du Québec, et... l'ouverture de la Grande Bibliothèque nationale du Québec en 2005. Pour chaque mois de l'année, un écrivain sera également invité à écrire une nouvelle.

Les capitales mondiales du livre désignées par l'UNESCO ont été dans le passé Madrid en 2001, Alexandrie en 2002 et New Delhi en 2003.
1 commentaire
  • Gérard Dufour - Inscrit 17 février 2004 17 h 47

    La Belgique annexée !

    Anvers n'est pas en France.