Être conservateur aujourd’hui, Éric Bédard

L’historien Éric Bédard défend des idées très semblables à celles de Mathieu Bock-Côté. Dans le numéro d’été 2016 de la revue L’Inconvénient, dont le dossier se penche sur les notions de gauche et de droite, Bédard explique, de manière très éclairante, les raisons de son conservatisme. La gauche multiculturelle (libertaire, contre-culturelle) et la droite néolibérale, écrit-il, s’opposent l’une à l’autre à certains égards, mais se rejoignent dans un progressisme très critique envers une conception identitaire de la nation et envers l’école traditionnelle. Bédard croit, au contraire, que la nation n’est pas qu’un édifice juridique, mais un héritage substantiel et précieux qui, à l’ère de la mondialisation, s’avère le rempart de la démocratie ainsi que d’une identité incarnée et signifiante. L’historien croit aussi que l’école doit valoriser l’effort et transmettre la culture (langue et histoire, notamment) plutôt que de se soumettre aux causes à la mode et aux seuls besoins du marché. Il croit, enfin, que l’obsession contemporaine du couple épanoui nous a fait oublier l’importance de la stabilité familiale dans le sain développement des enfants. Ce bel essai résume élégamment le conservatisme éclairé prôné par Bédard et Bock-Côté.

L’inconvénient

Été 2016, no 65 « Être conservateur aujourd’hui » Éric Bédard