Chroniques de riens, Jean Pierre Girard

De riens, de banalités, de quelques « essentielles futilités », Jean Pierre Girard a fait une série de chroniques d’humeur écrites entre 2011 et 2013 pour des hebdos de Lanaudière. Qu’il s’indigne contre la mauvaise qualité du papier toilette dans les institutions publiques québécoises, qu’il confie s’ennuyer de sa blonde pendant une résidence d’écriture en Belgique ou qu’il prenne la défense des proverbes ou celle de la fiction contre la tyrannie des « histoires vraies », l’auteur aime ce qui est oblique. Parfois donneur de leçons sans en avoir l’air, il ponctue aussi à l’occasion ses textes de réflexions sur son activité d’écrivain — il s’était fait une petite réputation de nouvelliste dans les années 1990. Il égrène ici quelques riens, coincés entre une pensée parfois nébuleuse et une prose particulièrement dense. Et quitte parfois à se perdre — et à nous perdre — en chemin, Jean Pierre Girard revendique son droit à la digression.

Chroniques de riens

Jean Pierre Girard, Druide, Montréal, 2015, 288 pages