Jean Coutu réduit son offre

Après Renaud-Bray et Archambault, c'est maintenant Jean Coutu qui réduit l’ampleur de sa section de magazines.
Photo: Jacques Grenier Le Devoir Après Renaud-Bray et Archambault, c'est maintenant Jean Coutu qui réduit l’ampleur de sa section de magazines.

La chaîne de pharmacie Jean Coutu a décidé de réduire l’ampleur de sa section de magazines, comme l’a confirmé au Devoir la vice-présidente aux communications Hélène Bisson, afin d’arrimer son offre aux habitudes des lecteurs, qui glisseraient désormais vers le numérique.

« Nous continuons à vendre des hebdomadaires comme Dernière Heure, mais nous réduisons les mensuels comme Elle Québec, puisque les lecteurs ont pris l’habitude maintenant de lire ces magazines-là sur Internet. On conserve nos sections livres, et on les agrandit même », a précisé madame Bisson, qui ne savait toutefois préciser le pourcentage de magazines ainsi élagué des étalages. Tous les points de vente ne sont pas similaires côté périodiques, a précisé la porte-parole, et certains Jean Coutu particuliers continuent d’avoir une diversité de magazines, et quelques mensuels.

Archambault aussi

Rappelons que la chaîne du disquaire-libraire Archambault a retiré à la fin de 2015 les magazines, revues et périodiques de ses magasins. Six succursales de Renaud-Bray ont fait de même depuis janvier. La vente des activités de distribution de presse de LMPI à Disticor risque également de fragiliser un milieu qui subit de nombreux coups et contrecoups depuis ces dernières années.

Le Groupe Jean Coutu exploite un réseau de 416 établissements franchisés qui se trouvent au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Ontario.