Ahlam, Marc Trévidic

Marc Trévidic est une personnalité publique. Il est souvent intervenu dans les médias, pour donner son avis sur la politique de sécurité en France, sur le salafisme, sur plusieurs sujets bouillants de l’actualité, sur ses goûts musicaux. Entre 2006 et 2015, il a été juge d’instruction au Tribunal de grande instance de Paris, au pôle antiterrorisme ; depuis, il exerce à Lille. Il a donc instruit plusieurs délicates affaires d’attentats et a côtoyé de sombres figures du banditisme, du racisme et de l’extrémisme. Il a publié trois essais autour de ces rencontres professionnelles. Un quatrième ouvrage s’ajoute désormais, un premier roman, Ahlam, qui plonge dans l’islamisme tunisien. Tout brûlant que soit le sujet, on ne dira pas que Trévidic a commis là une grande oeuvre. On a du mal à s’attacher au personnage principal qu’est Paul, tant la mise en place est longue et maladroite. C’est une histoire pourtant réaliste, qui met en scène Ahlam et son frère devenu salafiste, mais cela ne suffit pas à faire décoller le roman de sa banalité. Qui trop embrasse l’allusion mal étreint la littérature.

Ahlam

Marc Trévidic JC Lattès Paris, 2016, 321 pages