Sous les cieux de Québec, Yvon Desloges

Quand Champlain fonde Québec en 1608, on gèle littéralement en Nouvelle-France. Au XVIIe siècle, les hivers sont particulièrement froids et rigoureux dans la colonie, de même qu’en Europe. Cela s’explique, selon l’historien Yvon Desloges, par l’intensité de l’activité volcanique un peu partout dans le monde, qui entraîne les températures à la baisse. Au XVIIIe siècle, il y aura beaucoup moins d’éruptions volcaniques majeures, et le climat se réchauffera, offrant aux habitants de la région de Québec des hivers trop doux (ils perdent des aliments gardés au frais) et des étés trop chauds et trop secs. Première étude du climat québécois de cette époque, ce bel ouvrage aux riches illustrations est solidement documenté et instructif — l’historien fait appel à des études modélisées ainsi qu’à des notions de volcanologie et de dendrochronologie, « l’étude des cercles de croissance des arbres » —, mais il s’avère cependant un peu assommant pour le lecteur non spécialisé, qui étouffe sous l’avalanche de données qu’on lui sert sans répit et sans souci narratif. Un livre important, donc, mais pour un public averti.

L’auteur sera au stand 227 les 13, 14 et 17 avril.


Sous les cieux de Québec Météo et climat, 1534-1831

Yvon Desloges Septentrion Québec, 2016, 216 pages