Fermeture de l’une des plus anciennes librairies indépendantes

Présente dans le paysage culturel de Lanaudière depuis plus de 90 ans, la Librairie Martin ferme sa succursale du centre-ville de Joliette.
Photo: Facebook Présente dans le paysage culturel de Lanaudière depuis plus de 90 ans, la Librairie Martin ferme sa succursale du centre-ville de Joliette.

L’une des plus anciennes librairies indépendantes du Québec, la Librairie Martin de Joliette, a fermé vendredi les portes de sa principale succursale en invoquant la crise qui affecte « l’industrie des biens culturels ». En lockout depuis trois mois, la quinzaine d’employés de la librairie perdent ainsi leur emploi.

« Cette décision fut prise de façon rationnelle afin de permettre à l’entreprise de surmonter la crise des librairies, et de continuer à offrir des produits culturels, de loisir, papeterie et objets de passe-temps et cadeaux aux consommateurs, ainsi que fournitures aux institutions de la région », a écrit l’entreprise dans un communiqué publié vendredi après-midi sur sa page Facebook.

Présente dans le paysage culturel de Lanaudière depuis plus de 90 ans, la Librairie Martin ferme sa succursale du centre-ville, mais conserve son magasin « express » établi depuis 2012 aux Galeries Joliette.

« C’est un choix difficile, mais réfléchi pour garder cette institution presque centenaire en vie dans la région », a déclaré René Martin, copropriétaire de l’entreprise, dans le communiqué officialisant la fermeture. « En 90 ans d’histoire, on s’est adaptés et on a survécu à plusieurs crises économiques et à l’arrivée d’Internet avec ses contenus gratuits. Là, on désire se placer en bonne position pour l’avenir », a-t-il ajouté.

L’entreprise a souligné au passage que, depuis 10 ans, plus de 45 librairies ont dû fermer boutique au Québec. « L’activité des librairies décline d’année en année et est l’un des secteurs les moins rentables du commerce de détail », ajoute le communiqué.

Conflit de travail

La fermeture de la succursale établie rue Saint-Viateur survient au terme d’une négociation difficile entre les dirigeants de la librairie et le syndicat des employés aujourd’hui licenciés. Le 24 décembre dernier, l’employeur a déclenché un lockout qui a pris fin vendredi avec la mise à pied des employés.

Selon le syndicat, les propriétaires de la libraire réclamaient notamment des concessions en ce qui concerne les avantages sociaux, comme l’assurance collective, les congés de maladie et les vacances.

Ni la direction de la librairie ni le syndicat des employés n’avaient répondu à nos demandes d’entrevue au moment d’écrire ces lignes dimanche soir. En entrevue au journal local L’Action de Joliette, René Martin a cependant admis que le conflit de travail a pesé dans la balance. « On ne peut pas nier que ça fait partie des facteurs », a-t-il affirmé.

Selon les propos rapportés par le Journal de Joliette, le conseiller syndical à la CSN Benoît Boucher croit que la Librairie Martin a fermé boutique pour se débarrasser d’un groupe de syndiqués et d’une convention collective.

« Je ne serais pas surpris qu’une annonce soit faite concernant un possible agrandissement pour l’autre succursale », a-t-il souligné.

1 commentaire
  • Yvon Bureau - Abonné 5 avril 2016 10 h 24

    Livrer notre tristesse

    Un jour triste, bas, petit.