Bernard Landry, L’homme fidèle, Alain Chaperon

Bernard Landry est toujours un interlocuteur de qualité. Homme de culture, expert en économie, politicien de prestige et militant indépendantiste exemplaire, l’ancien premier ministre du Québec, selon l’économiste Pierre Fortin, « est un géant méconnu », « un passionné du Québec ». Dans ce livre, l’ex-chef péquiste répond librement aux questions amicales de l’enseignant et écrivain souverainiste Alain Chaperon sur sa jeunesse, son engagement politique et ses idées. Comme Landry n’a jamais été chiche de sa parole, on apprend ici peu de choses nouvelles, mais on ne s’ennuie pas. En pleine forme, Landry, qui regrette d’avoir été ami avec Sylvain Simard et d’avoir démissionné en 2005, redit son admiration pour René Lévesque et Camille Laurin, critique vertement ses adversaires politiques, exprime sa déception quant à la désertion nationale de Claude Charron et réitère l’importance du succès économique du Québec pour assurer sa vitalité culturelle. Sans être d’accord avec toutes les observations de Landry, on ne peut que saluer la fidélité et la noblesse de son engagement patriotique.


Bernard Landry. L’homme fidèle

Alain Chaperon, préface de Pierre Marois, Mots en toile, Montréal, 2016, 312 pages