cache information close 

Andreï Makine élu à l’Académie française

Photo: Daniel Mihailescu Agence France-Presse Andreï Makine

L’écrivain d’origine russe Andreï Makine, lauréat du prix Goncourt et du Médicis pour Le testament français, a été élu jeudi à l’Académie française, une consécration pour ce romancier longtemps boudé par les éditeurs et qui dut batailler pour obtenir la nationalité française. Andreï Makine, 58 ans, a été élu au premier tour par 15 voix sur 26 votants. Il y a eu trois bulletins blancs et six bulletins marqués d’une croix, signe d’une opposition. Deux voix sont allées sur le nom d’Arnaud-Aaron Upinsky, un écrivain proche des milieux catholiques traditionalistes. L’écrivain, amoureux de la langue française, succède à la romancière algérienne Assia Djebar, décédée en février 2015. Huit candidats étaient en lice, dont un lycéen de 15 ans, qui n’a obtenu aucune voix. Il n’existe pas d’âge minimum pour se présenter à l’Académie, qui n’accepte pas en revanche les candidats âgés de plus de 75 ans. Auteur de seize livres sous son nom et de quatre sous le pseudonyme de Gabriel Osmonde, Andreï Makine a réussi l’exploit, en 1995, d’être couronné par les prix Goncourt, Goncourt des lycéens et Médicis pour son roman Le testament français. « Le français m’a toujours baigné et a encouragé, stimulé mon amour pour la littérature française », dit le romancier, qui défend une conception rigoriste de la langue.