L’île Sainte-Hélène avant l’Expo 67, Sylvain Daignault et Paul-Yvon Charlebois

Les Montréalais sont attachés à l’île Sainte-Hélène. Ils n’ont guère aimé l’idée d’en céder une partie au milliardaire Guy Laliberté pour lui permettre d’aménager un espace consacré aux nouveaux rites funéraires comme le révélait Le Devoir il y a un an. À l’approche du 50e anniversaire de l’Expo 67, Sylvain Daignault et Paul-Yvon Charlebois proposent uneexcursion historique dans ce petit bout de terre perdu au milieu du Saint-Laurent. De Samuel de Champlain à Jean Drapeau, les auteurs relatent la transformation de ce jardin insulaire en dépôt de munitions puis en camp de prisonniers au cours de la Seconde Guerre mondiale. À la fin du XIXe siècle, on évoque déjà la possibilité d’y tenir une exposition internationale. La concrétisation de ce projet a bouleversé le paysage bucolique de Sainte-Hélène. « Rarement un lieu physique a-t-il été à ce point modifié, constatent les auteurs. Presque tout ce dont nous avons parlé dans ce livre a disparu pour toujours. »

L’île Sainte-Hélène avant l’Expo 67

Sylvain Daignault et Paul-Yvon Charlebois, Éditions GID, Québec, 2015, 285 pages