Lockout dans la seule librairie de Joliette

La libraire Martin, de Joliette, l’une des plus anciennes librairies indépendantes du Québec, est en lockout depuis le 24 décembre dernier. Des échanges se poursuivent entre un investisseur privé, les employés et le propriétaire au sujet d’un éventuel rachat de l’entreprise.

La librairie Martin a été fondée le 28 novembre 1925 par René Martin, à Joliette. Elle a 90 ans. Le magasin s’appelait alors Les meilleurs passe-temps : René Martin, librairie et marchand de musique. Encore aujourd’hui, c’est la seule librairie de Joliette, hormis la coop étudiante du cégep, et c’est aussi la seule à des kilomètres à la ronde, dans toute la région du nord de Lanaudière.

Au printemps dernier, les propriétaires de la librairie, qui sont les descendants de René Martin, ont demandé à leur quinzaine d’employés syndiqués de rétrocéder de nombreux avantages sociaux, dont l’assurance collective, les dix journées de congés de maladie, les trois journées personnelles et une sixième semaine de vacances pour les plus anciens, selon Benoît Boucher, conseiller syndical de la CSN, qui représente les syndiqués.

Les propriétaires de la librairie affirmaient alors que les très grandes difficultés financières de l’entreprise ne leur permettaient plus d’accorder de tels avantages à leurs employés. En 2010, le renouvellement de la convention collective avait déjà conduit à une grève de 50 jours, menée par les syndiqués.

Au fil des discussions avec le syndicat, les propriétaires de la libraire auraient mentionné leur intention de se retirer de l’industrie du livre et de vendre leur entreprise. Après avoir envisagé l’idée de fonder une coopérative, les syndiqués ont été en contact avec un investisseur privé, dont le nom demeure confidentiel, qui souhaiterait reprendre l’entreprise avec ses employés. Ceux-ci pourraient alors devenir actionnaires d’une partie de l’entreprise.

Selon Benoît Boucher, les propriétaires restent cependant réticents à donner un portrait financier complet de l’entreprise. La librairie n’aurait pas pu non plus se mettre sous le coup de la loi sur la faillite.

Depuis quelques années, la librairie Martin avait également ouvert une petite succursale, la librairie Martin Express, au centre commercial de Joliette.

Lors de sa fondation, la librairie Martin vendait notamment des instruments de musique, des phonographes, des radios et de la musique en feuilles, ainsi que de la papeterie. L’entreprise a été transmise de père en fils et filles depuis ses débuts. Les actuels propriétaires sont France Martin, René Martin et Luc Ayotte.

Les propriétaires de la librairie n’ont pas donné suite aux appels du Devoir.

2 commentaires
  • Benoit Thibault - Abonné 29 janvier 2016 09 h 57

    La librairie Martin était..

    aussi un des rares endroits pour ne pas dire le seul, ou on pouvait y trouver un vaste de choix de musique, faire des écoutes et des découvertes.

    En novembre dernier, à quelques semaines de Noel, tout le volet musical avait été pratiquement éliminé :(

    Il ne reste qu'à ce rabattre sur les wallmart et cie. Dommage

  • Sylvain Auclair - Abonné 29 janvier 2016 11 h 09

    Coop

    Si la librairie est si peu rentable, que les propriétaires la vende, bon marché donc, à une coop des employés.