Trucs… machins chouette!, Gotlib

Ce n’est jamais qu’un recueil des bandeaux qui chapeautaient les éditos de Gotlib dans Fluide Glacial. Sans lesdits éditos. N’empêche qu’à l’amicale des gotlibophiles dépressifs du monde entier, on est babas d’admiration et pétris d’émotion. C’est plus que beau, ce format à l’italienne (sur la largeur), ce dos toilé du plus noble gris. Et ces dessins dans leur magnificence hors propos. On peut à loisir aller relire les deux volumes de Jactances (Fluide glacial — Audie) et se régaler de la prose à la fois sensible et décalée du maître, ça n’empêche pas l’émoi. Et le constat : c’est vachement beau en soi. Dans ces rectangles, dernier terrain de jeu du dessinateur brave et généreux avant de déposer plumes et pinceaux et se retirer dans son vaste domaine, tout est là. La coccinelle, les gamins, les caricatures ratées (et dénoncées comme telles), les autoportraits du Marcel vieillissant, le lettrage suprême, les gags dans les gags. Boucle bouclée. C’est comme si la pomme de Newton remontait dans l’arbre. Et qu’on retrouvait l’esprit du gag boni au-dessus des Dingodossiers, époque bénie des débuts de Gotlib avec Goscinny chez Pilote (Mâtin ! Quel journal !). En un mot : alléluia.

Trucs… machins chouette !

Gotlib, Dargaud, Bruxelles, 2015, 112 pages