Fashion, Collectif

S’il est une bible de la mode, la voici. Fashion n’est pas une recension de déjà-vu, déjà encensé, même si de grands noms s’y bousculent. C’est une illustration historique de ce que la mode symbolise de manière implicite, hors apparat : une idée, une expression, un air du temps, une esthétique finement culturelle. Tout un système de sens, dirait Roland Barthes. Dans cet ouvrage pluriel d’une rigueur éditoriale impressionnante, des designers, des courants (hippie, grunge, hipster, emo, vintage), de petites et grandes marques sont résumés de leur naissance à aujourd’hui, les auteures signalant au passage les coups de pub, mutations, collaborations et autres lentes macérations qui ont mené les créateurs à choisir un style (ou un art) de manière radicale et définitive. Chaque entrée a son « élément culte » et sa « philosophie », en blocs brefs mais très éclairants. À moins de suivre la mode de très près, bien des noms sonneront étrangers au lecteur — raison de plus d’apprécier le travail exhaustif d’analyse et de vulgarisation ici abattu, et joliment d’ailleurs. Soulignons la présence d’un glossaire bien garni et de collages (« moodboards ») sur le processus de création de grands créateurs comme Vivienne Westwood, Yohji Yamamoto et Coco Chanel.

 

Fashion

Collectif, Éditions de la Martinière, Paris, 2015, 536 pages