Kent Nagano ne croit-il plus aux miracles?

Le chef de l’OSM, Kent Nagano
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Le chef de l’OSM, Kent Nagano

C’est aux éditions du Boréal que paraît ce mardi la traduction française du livre de Kent Nagano, publié aux éditions de Berlin en 2014.

Le plus étonnant dans cette adaptation française est le titre, Sonnez merveilles !, qui fait un peu Jingle Bells et sapin de Noël, alors que l’interpellation du lecteur et de l’auditeur était directe, tant en allemand (Erwarten sie Wunder ! — Attendez-vous au miracle !) qu’en anglais (Expect the Unexpected). Par cette espérance et cet accueil de l’inattendu, le but de l’ouvrage de Kent Nagano et Inge Kloepfer était de promouvoir l’ouverture à la musique classique comme une ouverture au sens de la vie.

Nous vous l’avions présenté, il y a un an, dans le cadre d’un portrait de Kent Nagano passeur de cultures : ce livre est un mélange d’autobiographie et de réflexions diverses sur la musique. Celles-ci peuvent toucher un sujet précis, comme la 8e Symphonie de Beethoven, ou des thèmes plus philosophiques, comme le rapport entre la musique et la mélancolie, un mot que Kent Nagano préfère à celui de tristesse.

Sonnez merveilles ! est émaillé de quelques rencontres fort enrichissantes, comme celle avec Daniel Levitin, neuroscientifique et musicien auteur du livre De la note au cerveau. Évidemment, quelques jours après la disparition de l’ancien chancelier allemand, le face à face avec Helmut Schmidt acquiert une dimension particulière. Schmidt, atteint par une forme de surdité, répondait sans détour sur la place de la musique dans la société, le rôle des pouvoirs publics et l’avenir de la musique, thème qui fournit le fil conducteur du livre.

Passé l’étrangeté du titre, le contenu est très bien traduit par Isabelle Gabolde et n’a pas été adapté. Ainsi le chapitre sur Montréal, vu comme un « laboratoire d’idées » dans la carrière du chef, mentionne toujours son « académie orchestrale d’été » (mais cette fois avec un verbe conjugué au futur) et, pour 2016, une « prématernelle et maternelle à vocation musicale » à Montréal-Nord. Kent Nagano veut redonner aux enfants défavorisés ce qu’il a reçu dans son enfance, lorsqu’un réfugié géorgien était venu enseigner la musique dans son village de pêcheurs en Californie.

Cet agréable ouvrage, permettant de mieux connaître le directeur musical de notre orchestre, est à la fois intelligent, pudique et étonnamment intime.

Kent Nagano — Sonnez, merveilles !

Coécrit avec Inge Kloepfer et traduit de l’allemand par Isabelle Gabolde. Éditions du Boréal, 376 pages.

1 commentaire
  • François Juteau - Abonné 17 novembre 2015 14 h 39

    Elle est bien bonne

    J'ai pas mal ri votre « Jingle Bells », monsieur Huss ! Vous avez une façon bien à vous de présenter les choses.

    Il est courant pour les traducteurs de livres de donner dans la version française un titre totalement différent du titre original, de sorte qu'il m'arrive régulièrement d'emprunter à la bibliothèque un livre en traduction française pour m'apercevoir que je l'ai déjà lu dans la version anglaise originale avec un autre titre.