Marie-Louise court dans la neige, Mario Cholette

Ce premier roman du poète Mario Cholette met en scène un irrésistible personnage haut en couleur, qu’on voudra à la fois protéger, plaindre et condamner. Avec son look de star, sa soif de liberté, son sang chaud et son penchant pour le gin, Marie-Louise n’est pas l’incarnation de l’épouse ni de la mère idéale dans la basse-ville de Québec de la Grande Dépression. Avec truculence, sans lésiner sur les détails sordides, sa fille Roseline livre le récit pathétique de cette femme mariée trop tôt à un boxeur alcoolique qui lui donna neuf enfants. S’il évoque par moments l’univers de Zola avec ses personnages d’indécrottables pochetrons, d’enfants miséreux et de religieux concupiscents, ce récit, narré par une romancière résiliente en devenir, se révèle davantage le pendant urbain des Filles de Caleb d’Arlette Cousture (Québec Amérique, 1985), qui disait d’elle-même à l’époque qu’elle n’était « pas une grande romancière, mais une maudite bonne conteuse ». Pour les nostalgiques d’Ovila et de sa belle brume.

​L’auteur sera au Salon en séance de signatures les 21 et 22 novembre.

Marie-Louise court dans la neige

Mario Cholette, Leméac, Montréal, 2015, 325 pages

À voir en vidéo