Libraires et auteurs s’attaquent à Amazon

«Amazon a utilisé sa domination de différentes façons que nous croyons préjudiciables aux intérêts des lecteurs d’Amérique, a appauvri l’industrie du livre dans son ensemble, porté atteinte aux carrières [et généré de la peur parmi] de nombreux auteurs, et entravé la libre circulation des idées dans notre société. » L’accusation est salée. Elle émane de différents groupes représentant auteurs, agents et libraires indépendants (l’Authors Guild, l’American Booksellers Association, l’Association of Authors Representatives et Authors United), qui ont écrit au département de la Justice américain pour lui demander d’enquêter sur Amazon, rapporte le New York Times.

Ils estiment en effet que le géant numérique — qui vend tout de même un tiers des livres fraîchement imprimés aux États-Unis, un record, et 90 % du marché des livrels — viole les lois antitrust. L’année dernière, rappelle le quotidien américain, une joute entre Amazon et Hachette avait conduit le premier à rendre difficile la commande de livres du second sur son site. « Le conflit a laissé les deux parties ensanglantées, mais n’a pas dégagé clairement de gagnant », commente le journaliste David Streitfeld.

À cran

Depuis, les deux clans sont à cran et les pratiques d’Amazon agacent de plus en plus, par exemple lorsqu’il « vend certains livres mais pas d’autres en fonction de la proéminence de l’auteur ou des penchants politiques du livre », quand il vend des livres en dessous de leur coût, ce qui conduit les petites librairies à la banqueroute, ou encore quand il bloque et freine la vente de « millions de livres de milliers d’auteurs » pour obtenir de meilleures ententes. Contactés par le journal new-yorkais, ni Amazon ni le département de la Justice n’ont souhaité commenter.

« La perturbation est une chose saine, le produit inévitable d’un monde qui change, a indiqué Douglas Preston, un auteur Hachette et membre d’Authors United. Mais il n’y a pas un seul exemple dans l’histoire américaine de pouvoir concentré dans une seule entreprise et qui aurait sur le long terme profité aux consommateurs. »