Petites histoires naturelles

Photo: Getty Images

Les chroniques de François Letourneux peuvent se lire comme autant de petits éloges à la beauté du monde. L’ingénieur agronome français y montre les formes étonnantes de la biodiversité, en racontant l’histoire des coléoptères s’orientant la nuit à la lumière de la Voie lactée ou des fourmis ouvrières mangeuses de feuilles et divisées en castes spécialisées au service de leur reine.

D’abord présentés sur les ondes de France Info et de France Inter, les vingt-six courts récits écrits en collaboration avec la journaliste Nathalie Fontrel décrivent la « société du vivant », que ce soit à l’échelle microscopique des bactéries et autres micro-organismes ou à celle du gros mammifère et superprédateur que nous sommes, menaçant pour l’équilibre naturel des écosystèmes.

« Pour s’assurer que le tissu vivant de la planète est en bon état, et que la nature fonctionne bien, insiste Letourneux, il faut s’intéresser à tous les mécanismes d’interaction, de complémentarité et de régulation qui sont à l’oeuvre. » Mieux connaître la nature pour mieux la respecter, cela va de soi, et il s’avère de plus en plus nécessaire d’observer attentivement, comme on le propose à travers quelques exemples, les relations multiples, parfois insoupçonnées, qu’entretiennent entre elles les différentes espèces qui forment la vie sur Terre.

À savourer en plein air, les pieds dans l’eau ou au beau milieu de la ville, qui reste un lieu sûr pour les abeilles butineuses fuyant les pesticides des terres agricoles, les Chroniques du vivant invitent les jeunes et les moins jeunes à « établir un nouveau dialogue, amical, avec une nature » dont on commence à peine à mesurer l’étendue de la complexité.

Chroniques du vivant. Les aventures de la biodiversité

François Letourneux et Nathalie Fontrel, Buchet/Chastel, Paris, 2014, 128 pages